Page:Gosseu-Lettre-Picarde-v.djvu/2

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


— 12 —

à l' cauyeette à l' cuin d’nô fù, tout chou j’aroi vu; cha s’ra tout d' meume èque si il y étiènt v’nus...

J'arrive à l' majon Cat'reine, et pis j' li conte m’ affoère, et pis vlà qu'all' vu v'nir à l' comédie aveu mi... ch’est bon nous partons.

Mais q' chés einfants dé l' ville y sont mal induqués, mon Diu!... vlà q' nous arrivons à porte dé l' comédie, mi d’sus mein bourique, comme dé jusse, et pis q' Catherine all' tiroit pa’ l' bride, ch’ pove Martin!... Vlà qui gn’avoit-ein tas d' tiots galapias qui z’ont q’meinché par m’ deintier: — Eh! ouète donc, eh! — q' n'ein vlà ein qui dit, — ouète èche paysan d’sus sein bourique, si ein n' diroi pau eine poère d'épinches d'sus l' dos d'ein kien, (pace no bourique il est tiotin, et pis q’mi j’ai des longues gaimbes); - et pis ein eute i dit: Eh! ch’ l'homme, c’est-jou q' vo bourique il a couquié deins n'ein poulayer, qu'il a ein étron d' poule (les paroles n'ein poteint pan) dsus sein dos. — Et pis vlà qui s’ sont mis à tirer nô bourique pa' l'queue au pus fort, q’ chell' pὁve biète y n’ savoi pau d’ qué coté donner dé l' tiète... par bonheur q’ javoi m’ cachoir à mein dos, et pis Cat'reine sein parasol, et pis q’ pous ont buqué d’sus chés tiots ernidiux d' galapias, et pis coère qui gn'ia ein mossieu aveuc ein habit galonné ein or comme ein genéral, qu'il étoit étampi à l' porte, qui sé n'a merlé... ch'est bon...

Nous edmandons à ch’ mossien qu'ein li paie pour eintrer, si nous n’ pouvions pan foère eintrer no bourique aveu nous .. Q'meint cha, qui dit, foère eintrer vô bourique à l' comedie?... cha n'ein s‘roit eine bielle el'l'ale! —-Nô foèt, nô foèt, qu'all' dit coère Cat'reine, ch’est deins chel' tiote étave- chi, d'où èche qu'ein met chés atrinquiages... — Allons, qui dit, foètee el' lés eintrer. - Et pis quand bien meume, qu'all’ dit coère Cat'reine, Marie bon bec, il y va asseuré bien d' z'eutes bietes à vo comédie, sans les lommer... .

Ch'est bon; nous vlà plachi à s’ poulayer qui s’appoèll'tent cha; et pis vlà qu’ein q’meinche par eine aubude d” musique à feinde l' tiête à chés geins...

Pourtant vlà qué s’ ridieu y s'éyeuve tout d’eine seule piéche, et pis ein voit...

Tout dein cueup, vlà qu'ein homme d' mes camarades y buque douch’- meint d’sus mein dos, et pis qui dit : — Eehe Gosseu, ez-vous li chés ga- zettes, d’puis deux, trois jours? — No foèt, qué j' li dit. — V'nez les lire; vite y gn'ia du nouvieu; v'nez vite. — Et pis vlà q’ jé m' saque d'hors d' chés beinquettes aveu bien du mà, pace q’ jé n’ sus pau roide s'dus mes gaimbes d'puis m' n'accideint, et pis jé l' chuis, et pis i m’ foèt lire chés gazettes deins n'ein estaminet... Advinez pau chou q' j'y vois, mein fiu, ad- vinez, advinez?... Ch’est q’ nô prinche Nemours i s'ein va triompher à la fin... Ha bein, qué bonheur! vla qu’ein va li reinde justiche d' forche, puss qu'ein n’ vut pau li reinde d’ bonne amitié... Vlà ere nouvielle loi d'apana- che qu'all’ va avoir yu pour sein mariage ; et pis j' buque deins mes moins d’ coteint'meint.

Ah! si y n'etoit pau défeindu par chés bonnes lois d’ secteimbe d'avoir dé l' pourre deins chés majons , j'ein Croi-t-ein rude bieu artifiche , car nô brafe roi il a quier cha, puss’ qui n'ein foèt foère è Paris et pis deins d’ z'eutes villes.

Frainchais ingrats, i faura donc qu'ein vous l' l'arrache ell' loi-là?... Chou qu'ein n’a pau pouvu foère y gn’ia trois quatre ans, ein va l' foère ch' cueup-chi, sans compter qu'ein ein f'ra coére bein d’ z'eutes... Q'meint cha?... q’meint cha? vous vous foètes tirer vos areilles comme no bourique deins l' ruelle d'Einfer, pour eine côse si bielle, si bonne, si jusse, et pis coère deins vos intéret! Allons, allons, m’ z’amis foètes el-lés; bon-gré, mar-gré, foètes el'lés... L' kaimbe à depeutés, q’ chés là régulatrice d'