Page:Gosseu-Lettre-Picarde-v.djvu/1

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


— 11 —



LETTRE V.


Rendu-compte de la Juive. (1)
Vil intérêt, dit secret, sans autels,
Dont le reproche à l'homme est une insulte,
Régneras-tu toujours sur des mortels
Qu'on voit tout haut désavouer ton culte!
L'honneur, jadis l'idole des Français.
Est aujourd'hui ta funeste victime;
Son temple auguste est fermé désormais,
Tu lui ravis un encens légitime....
(RICHARDET: DUMOUTIER père).


Quate lette ein picard à l' file èd l'eine l'eute deins vô gazette, qui gnia des geins qui ditent, cha n' n'est trois èd trop : nous ein sont rapoèt !... eh bein, pourtant j'vux coère nous n' n'écrire eine tiotaine et q' jé n'dis pau q'cha s'ra l' dernière.

Vous n' savez pau, mein camarade, qué d'puis qui gn'ia tous chés ga- zettes-là à bon marché, qu'ein pale deins tous chés villaches èd tout chou qu'ein foèt et pis qu'ein dit, tout partoute et pis coère à Paris?

Nous ont seu quel' pus grand fiu d' nô roi, il a coère té ein Algère y gn'ia quite s'moènes, pour foère eine tiote proumenade militaire, comme y ditent chés gazettes, et q' cha n' nous a coûté èque quatre hommes et pis un caporal (sans compter s'l'argeint) et qué ch' n'est ma finque pa uèd trop pour armuser un fiu d' roi; et pis qu'èche tiot curé d' chés Arabes (vous savez bien, Abel-Cadet), qu'il aroit bien voulu l' vir, pour li tirer ch* révéreinche; asseuré èque cha n' pu mi ête q' pour cha : et pis coère qu'il a té à Bourdeaux (pau Abel-Cadet, mais l' fiu d' nô roi), pour foère einquérir leu chuque (2), et pis qu'ein l'y a foèt tout d' chuite el' tripe el'doube pus d'amitié, qui ditent chés geins d'èche pavs-là, èque chés des gascons; et meume qui yèn' n'a deins nὁ commeune (pau des gascons), qui ditent qui foroit bien qui vieinche deins nὀ villache aussi, pour foère reinquiérir nos tiotes toiles; et pis puss' qui foèt bien reinquiérir chou qui vut, asseuré qui put tout d' meume el' foère diminuer; qu'ein s'cas-là y foèche dévaler èche pain, pour èque chés pauves lapides y meing'sieint l' mitan d' leu sau ! Mais d'puis quique jours ein n'pale pus deins nô villache q' d'eine rude bielle comédie qui gn'ia-t-à vir deins vὁ ville, qu'ein l'appoèle l' Juivresse!...

Nô dame a m'a treimpilé pour qué j'voiche el'vir, et pis nô tiot galmite èque v'là qui q'meinche à s'ébloquer, y voloit à cor-et-à-cri qué jé l'amoène aveu mi : mais qué moyen èd s'eingi èd chés mioches-là pour foère des deux yues par des q'mins à y périr... A l' fin des fins jé m'sus décidié, et pis jé n″ai foèt el débeuche : jé m' sus chergé d'sus nô bourique, car jé n'sus pau core roide d'sus mes gaimbes d'puis m'n'accideint, et pis m'vlà parti... J' yeu racont'rai à l' veile,

(1) Opéra de Halevy, représenté plusieurs fois avec succès par la troupe de M. Paulin, sur le théâtre de Saint-Quentin.

(2) La question des sucres était alors à l'ordre du jour, et par un système habilement combiné, on entretenait les espérances de nos ports par la promesse de l'abaissement du droit d'entrée, et celles de nos manufacturiers par la promesse de l'élévation de ce même droit.