Page:Gosseu-Lettre-Picarde-v.djvu/3

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


— 13 —

nô bourses et pis d' nô libertés d' consceinche, all' va vous l'ordonner, grâce à ch'qui gn'ia deux cheints dépeutés bien payés par nô gouvern'meint,.. y connoète tout chou qui nous feut et pis tout chou qui yeu feut bien miux q'nous... Et pis vous, M. Lair bête (1), allez, nous vous ernions pour êtes dépeuté d' nô départ'meint; ersianez à vos confrères, taisiez-vous, et pis nous vous erconnoit'rons... Frainchais, ingrats, vous n'avez mi d'erconnoicheinche pou' l' fiu d' vô roi chitoyen, vô roi à bon marché; i n'vons ein fauroit y pau des rois pour rien; des rois comme ein Amérique : n'ein vlà des cocasses, aveuc leu roi d' cheint mille fraincs par an! (2) Des pauves lapides d' roi, qu'ein n'foèt rien pour leux fius, ni pour leux filles... Des rois à rouyère, des rois à chabots, des rois qui n'sont pus rien du toute au d' bout d' cinq ans, quand qui n'sont pus rois... Des rois q'cha quitte s'plache tout fin mernu, quasimeint sans n'eine q'mise deins sein dos. Ha bein ! y gn'ia pau d'daingi q'leux fiux à cheute-làl, y viensiènt au monne tout queuché tout vêtu ein coronel ou bein ein général... ein vous ein souhat'ra des rois pareils ! Chest-jou q'cha s'roit deins vô dignité, peuple franchais ! Ch'est-jou q' vous vous accomodérient jamoès dé n' pau payer quatorze myons d' liste chivile, et pis quatorze myons, pus ou moins (jé n'sais pau au jusse), d' fonds secrets; et pis ein budget d'ein myard et demi, comme i dites chés gazettes?... Ah bein, non, ah bein, ah bein, non! vous ez pu quier q'cha à avoir des quiers gouvern'meints, pace q' vous dites pour vos raison comme ch'prouverbe : qué l' pus quier ch'est l' méyeur marché... Eh bein ! pour cha, oui! nous ont ein gouvern'meint diatermeint à bon marché, pace qui nous coûte hardimeint quier...

Mais, geins avules q'vous êtes, ch'est l' qualité qui vous feut ravisier, et ch'est j'veute dienne l' cas d' dire qué l' qualité all' veut miux qué l' quantité! comme i dit ch'pouverbe. • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Pourquoi q' ch'est qu'ein a v'nu m'quer à l' comédie pour cha? eine cose si bielle, si bonne, si jusse! et pis ein a cru q'mi, Pierre-Louis Cosseu, j'parl'rois conte pétête... Ah bein, nô foèt; j'n'ai warde ; j treuve au contraire q'nô gouvern'meint y sert trop bien nos intérêts, pour dire qui n' foèt pau bien ; et pis y m'siane à vir qu'il emploi l' véritape moyen d'foère vir clair à chés geins.

Vite j'm'erseuve all'comédie... Qu'ein n'vienche pus m'quer pour des pareil'coses ; asseuré q'jé n'sorte pus, pace qué jé n' sus paz roide d'sus mes gaimbes d'puis m'n'accident ; et pis qué j'vus vir l' Juivresse.

P.-L. GOSSEU.


.

(1) On sait la chaude opposition que M. Herbette a faite au projet de loi.

(2) Le traitement du président des Etats-Unis est de 125,000 fr.