Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/97

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.


consacrer entièrement à vos enfants. » Mais en prononçant la phrase, il remplace inconsciemment le mot « consacrer » (widmen) par le mot widwen, par analogie avec le mot Witwe – veuve. Il a ainsi trahi une idée réprimée se rapportant à une consolation d’un autre genre : une jeune et jolie veuve (Witwe) ne tardera pas à connaître de nouveau les plaisirs sexuels.

y) Le même monsieur s’entretient avec la même dame au cours d’une soirée chez des amis communs, et on parle des préparatifs qui se font à Berlin en vue des fêtes de Pâques. Il lui demande : « Avez-vous vu l’exposition de la maison Wertheim? Elle est très bien décolletée. » Il a admiré dès le début de la soirée le décolleté de la jolie femme, mais n’a pas osé lui exprimer son admiration ; et voilà que l’idée refoulée en arrive à percer quand même, en lui faisant dire, à propos d’une exposition de marchandises, qu’elle était décolletée, alors qu’il la trouvait tout simplement très décorée. Il va sans dire que le mot exposition prend, avec ce lapsus, un double sens.

La même situation s’exprime dans une observation dont Hanns Sachs essaie de donner une explication aussi complète que possible.

z) Me parlant d’un monsieur qui fait partie de nos relations communes, une dame me raconte que la dernière fois qu’elle l’a vu, il était aussi élégamment mis que toujours, mais qu’elle avait surtout remarqué ses superbes souliers (Halbschuhe) jaunes. — Où l’avez-vous rencontré? lui demandai-je. — Il sonnait à ma porte et je l’ai vu à travers les jalousies baissées. Mais je n’ai ni ouvert, ni donné signe de vie, car je ne voulais pas qu’il sache que j’étais déjà rentrée en ville. Tout en l’écoutant, je me dis qu’elle me cache quelque chose (probablement qu’elle n’était ni seule ni en toilette pour recevoir des visites) et je lui demande un peu ironiquement : — C’est donc à travers les jalousies baissées que vous avez pu admirer ses pantoufles (Hausschuhe)… pardon, ses