Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/332

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


tout ce qu’on considère comme oublié ne l’est pas. Notre explication ne se rapporte qu’aux cas où 1’oubli suscite notre étonnement, puisqu’il enfreint la règle d’après laquelle seul ce qui est dépourvu d’importance peut être oublié, tandis que ce qui est important subsiste dans la mémoire. L’analyse des cas d’oubli qui nous semblent requérir une explication spéciale révèle toujours et dans tous les cas que le motif de l’oubli consiste dans une répugnance à se souvenir de quelque chose qui est susceptible d’éveiller une sensation pénible. Nous en arrivons ainsi à soupçonner que ce motif cherche à s’affirmer d’une façon générale dans la vie psychique, mais qu’il lui est souvent empêché de s’exprimer, à cause des forces opposées auxquelles il se heurte. L’étendue et l’importance de ce manque d’empressement à se souvenir d’impressions pénibles méritent un examen psychologique approfondi; et il est impossible d’envisager indépendamment de cet ensemble plus vaste la question de savoir quelles sont les conditions particulières qui, dans chaque cas donné, favorisent la réalisation de la tendance générale à l’oubli.

Dans l’oubli de projets, c’est un autre facteur qui vient occuper le premier plan. Le conflit, que nous soupçonnons seulement, tant qu’il s’agit du refoulement de souvenirs pénibles, devient ici manifeste, et l’analyse révèle toujours l’existence d’une contre-volonté qui s’oppose au sujet, sans le supprimer. Comme dans les actes manqués dont il a été question plus haut, on reconnaît ici deux genres de processus psychiques : la contre-volonté peut se dresser directement contre le projet (lorsqu’il s’agit de desseins de quelque importance), ou bien (comme c’est le cas des projets indifférents) elle ne présente aucune affinité