Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/327

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


complète. Les conditions techniques qui rendent possible ce glissement, cette dérivation des innervations doivent exister indépendamment de ces actes; mais ces conditions sont utilisées volontiers par l’intention de l’idée refoulée d’acquérir une expression consciente. Quelles sont les relations structurelles et fonctionnelles qui se prêtent à cette intention des idées refoulées? Philosophes et philologues se sont efforcés de les rechercher et de les établir pour les cas de lapsus linguae. Si nous distinguons ici, parmi les conditions des actes symptomatiques et accidentels, entre le motif inconscient et les relations physiologiques et psychologiques qui viennent lui prêter leur appui, il reste encore à résoudre la question de savoir si, dans les limites de la santé, il existe encore d’autres facteurs qui, à l’instar du motif inconscient et à sa place, sont capables d’utiliser les mêmes relations pour produire des actes symptomatiques et accidentels. La discussion de cette question dépasse le cadre que nous nous sommes assigné.

Il n’entre d’ailleurs pas dans mes intentions d’aggraver les différences, déjà assez grandes, qui existent entre la conception psychanalytique et la conception courante des actes manqués. Je préfère attirer l’attention sur des cas où ces différences se trouvent plutôt atténuées. Dans les cas les plus simples et les moins accentués de lapsus de la parole et de l’écriture, où il s’agit d’une simple fusion de mots où d’une omission de mot ou de lettres, les interprétations compliquées ne sont pas de mise. Du point de vue de la psychanalyse, il faut affirmer qu’il s’agit dans ces cas d’un trouble quelconque de l’intention, mais on se trouve dans l’impossibilité de dire quelle est l’origine du trouble et quel est le but auquel il vise. Il n’a d’ailleurs réussi qu’à manifester son existence. Dans ces mêmes cas, on constate l’intervention de facteurs dont nous n’avons jamais nié l’existence et qui, comme la ressemblance phonétique et certaines associations psychologiques, ne