Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/30

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.


Le principal intérêt de l’exemple aliquis réside dans une autre des différences qui le séparent du cas Signorelli. Dans ce dernier, en effet, la reproduction du nom est troublée par la réaction d’une suite d’idées commencée et interrompue quelque temps auparavant, mais dont le contenu ne présentait aucun rapport apparent avec le sujet de conversation suivant, dans lequel figurait le nom Signorelli. Entre le sujet refoulé et celui où figurait le nom oublié, il y avait tout simplement le rapport de contiguïté dans le temps ; mais ce rapport a suffi à rattacher les deux sujets l’un à l’autre par une association extérieure[1]. Dans

    demandé à mon interlocuteur si, au cours de ses efforts pour se souvenir du mot oublié, il ne s’est pas présenté à son esprit un mot de substitution, il m’informa qu’il avait d’abord éprouvé la tentation d’introduire dans le vers la syllabe ab : nostris ab ossibus (au lieu de : nostris ex ossibus) et que le mot exoriare s’est imposé à lui d’une façon particulièrement nette et obstinée. Sceptique, il ajouta aussitôt que ce fut sans doute parce que c’était le premier mot du vers. À ma prière de rechercher quand même les associations qui, dans son esprit, se rattachent à exoriare, il me donna le mot exorcisme. Je considère donc comme tout à fait possible que l’accent qu’il mettait dans sa reproduction sur le mot exoriare n’était, à proprement parler, que l’expression d’une substitution se rattachant elle-même aux noms des saints. Il s’agit là toutefois de finesses auxquelles il ne convient pas d’attacher une grande valeur. — Mais rien n’empêche d’admettre que la production d’un souvenir de substitution, de quelque genre qu’il soit, constitue un signe constant, peut-être seulement caractéristique et révélateur, d’un oubli motivé par le refoulement. Cette formation substitutive aurait lieu même dans les cas où les noms de substitution incorrects font défaut : elle se manifesterait alors par l’accentuation d’un élément qui se rattache immédiatement à l’élément oublié. C’est ainsi, par exemple, que, dans le cas Signorelli, le souvenir visuel du cycle de ses fresques et celui de son portrait figurant dans le coin d’un de ses tableaux, étaient chez moi d’une netteté particulière, d’une netteté que n’atteignent jamais mes souvenirs visuels, et cela tant que j’étais incapable de me rappeler le nom du peintre. Dans un autre cas, également rapporté dans mon article de 1898, j’avais complètement oublié le nom de la rue où demeurait une personne à laquelle je devais, dans une certaine ville, faire une visite qui m’était désagréable, alors que j’ai parfaitement retenu le numéro de la maison ; juste le contraire de ce qui m’arrive normalement, ma mémoire des chiffres et nombres étant d’une faiblesse désespérante.

  1. En ce qui concerne l’absence d’un lien interne entre les deux suites d’idées dans le cas Signorelli, je ne saurais l’affirmer avec certitude. C’est qu’en suivant aussi loin que possible l’analyse de l’idée refoulée