Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/285

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


suis rentré pour prendre les lettres à côté desquelles il était déposé. »

Il s’agit d’une situation analogue dans cette observation de M. Otto Rank (ZentraIbl. f. Psychoanal,, II, 5) qui a fait l’objet d’une analyse détaillée :

« Un homme méticuleusement ordonné et d’une exactitude pédante raconte, comme tout à fait extraordinaire, le fait suivant. Se trouvant un jour dans la rue et voulant savoir l’heure, il s’aperçoit qu’il a oublié sa montre à la maison, chose qui, autant qu’il se le rappelle, ne lui est encore jamais arrivée. Comme il était attendu le soir à un rendez-vous ferme et n’avait par le temps de rentrer chez lui pour prendre sa montre, il profita de sa visite chez une dame amie pour se faire prêter la montre de celle-ci; ayant d’ailleurs à revoir cette dame le lendemain, il lui promit de lui rapporter la montre par la même occasion. Le lendemain, une fois arrivé chez la dame, il s’aperçoit qu’il a oublié de rapporter la montre qu’elle lui avait prêtée. En revanche, il n’avait pas oublié d’emporter la sienne. Étonné et contrarié, il se promet de rapporter l’objet le jour même et tient sa promesse. Mais, nouveau sujet d’étonnement et de contrariété : voulant regarder l’heure, avant de prendre congé de la dame, il constate que cette fois c’est sa propre montre qu’il a oubliée à la maison. Cette répétition de l’acte manqué a paru à notre homme (généralement si ponctuel et exact) tellement pathologique qu’il tenait à tout prix à en connaître les motifs psychologiques. Ceux-ci n’ont pas tardé à se révéler dès la première question de l’analyste – à savoir, s’il ne lui était rien arrivé de désagréable le jour du premier oubli et, dans l’affirmative, dans quelles conditions cet événement désagréable s’était produit. Il raconta alors qu’après le déjeuner, peu de temps avant qu’il sortît de chez lui, en oubliant la montre, sa mère lui avait appris qu’un de leurs parents, un homme dont la conduite laissait beaucoup à désirer et qui lui avait