Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/284

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


II, 9), qui décrit d’une façon impressionnante les vains efforts tentés pour réaliser une action en dépit d’une résistance intérieure : « Le cas suivant montre avec quelle fermeté l’inconscient est capable de s’affirmer, lorsqu’il a une raison de s’opposer à la réalisation d’un dessein et combien il est difficile de se défendre contre cette tendance. Un ami choisit dans ma bibliothèque un livre qui l’intéresse et me prie de le lui apporter le lendemain. Je le promets, mais éprouve aussitôt un sentiment de malaise que je ne réussis tout d’abord pas à m’expliquer. L’explication me vient plus tard : cet ami me doit depuis des années une certaine somme d’argent, au remboursement de laquelle il ne semble pas penser. Quelques instants après, je ne pense plus moi-même à la chose, mais le lendemain matin j’éprouve le même sentiment de malaise que la veille et me dis aussitôt : «Ton inconscient fera tout ce qu’il pourra pour te faire oublier ta promesse de prêter le livre. Mais tu ne veux pas être désobligeant et tu feras, de ton côté, tout ce que tu pourras pour ne pas l’oublier. » Je rentre chez moi, enveloppe le livre dans un papier, dépose le paquet sur mon bureau et me mets à écrire des lettres. – Quelque temps après je sors. A peine ai-je fait quelques pas, que je me rappelle avoir laissé sur le bureau les lettres que j’avais l’intention de mettre à la poste (soit dit en passant, parmi ces lettres, il y en avait une qui contenait des choses désagréables pour une personne qui, à une certaine occasion, aurait dû me rendre un service). Je retourne donc à la maison, prends les lettres et ressors de nouveau. Une fois dans le tramway, je me rappelle avoir promis à ma femme de lui faire un achat, et je pense avec satisfaction que ce sera un tout petit paquet. Le mot paquet éveille en moi par association l’idée du livre, et alors seulement je m’aperçois que je n’ai pas emporté celui-ci. Je ne l’ai donc pas seulement oublié la première fois, en même temps que les lettres, mais il m’a encore échappé la seconde fois, lorsque je