Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/281

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


On dira peut-être que les erreurs dont je me suis occupé dans ce chapitre ne sont ni très nombreuses, ni très significatives. Mais je me permets de demander si nos points de vue ne s’appliquent pas également à l’explication des erreurs de jugement, beaucoup plus importantes, que les hommes commettent dans la vie et dans l’activité scientifique. Seuls les esprits d’élite et idéalement équilibrés semblent capables de préserver l’image de la réalité extérieure perçue, contre la déformation qu’elle subit dans la majorité des cas, en passant par l’individualité psychique du sujet qui perçoit.