Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/195

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


« Cet incident a été interprété par celui qui en fut la victime comme un affront voulu; mais J’autre n’y a vu qu’un hasard malheureux, autorisant la supposition erronée du premier. Après avoir cependant lu la « Psychopathologie » de Freud, le commandant a pu se faire une idée exacte de ce qui était arrivé. »

C’est encore par un conflit entre un devoir conventionnel et un jugement intérieur non avoué que s’expliquent les cas où l’on oublie d’accomplir des actions qu’on avait promis d’accomplir au profit d’un autre. Le bienfaiteur est alors généralement le seul à voir dans l’oubli qu’il invoque une excuse suffisante, alors que le solliciteur pense sans doute, et non sans raison : « il n’avait aucun intérêt à faire ce qu’il m’avait promis, autrement il ne l’aurait pas oublié ». Il est des hommes qu’on considère généralement comme ayant l’oubli facile et qu’on excuse de la même manière dont on excuse les myopes, lorsqu’ils ne saluent pas dans la rue 67. Ces personnes oublient toutes les petites promesses qu’elles ont faites, ne s’acquittent d’aucune des commissions dont on les a chargées, se montrent peu sûres dans les petites choses et prétendent qu’on ne doit pas leur en vouloir de ces petits manquements qui s’expliqueraient, non par leur caractère, mais par une certaine particularité organique 68. Je ne fais pas partie moi-même de cette catégorie