Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/163

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


« Hospitalisé dans un sanatorium (pour affection pulmonaire), j’apprends à mon grand regret qu’un de mes proches parents a été reconnu atteint de la même maladie que celle qui m’a obligé d’entrer dans ce sanatorium.

« J’écris donc à mon parent, pour l’engager à aller consulter un spécialiste, un professeur connu, dont je suis moi-même le traitement. J’ajoute que je suis convaincu de la compétence médicale de ce professeur, mais que je n’ai pas à me louer de sa courtoisie, car peu de temps auparavant il m’a refusé un certificat qui avait pour moi une grande importance.

« Dans la réponse qu’il écrivit à ma lettre, mon parent attira mon attention sur une erreur que j’avais commise. Comme j’ai instantanément trouvé la cause de cette erreur, l’incident m’a énormément amusé.

« Il y avait, en effet, dans ma lettre le passage suivant : « je te conseille d’ailleurs d’aller sans tarder INsulter le professeur X. » Il va sans dire que je voulais écrire : CONSULTER.

« Je dois ajouter que je suis assez familiarisé avec le latin et le français pour qu’on ne puisse mettre mon erreur sur le compte de l’ignorance. »

Les omissions qu’on commet en écrivant sont naturellement justiciables des mêmes explications que les lapsus. Dans Zentralbl. f.Psychoanalyse, I, 12, M. B. Dattner, docteur en droit, communique en exemple remarquable d’ « acte manqué historique ».

Dans un des articles de la loi sur les obligations financières des deux États, articles qui ont été convenus au cours du compromis de 1867 entre l’Autriche et la Hongrie, le mot effectif a été omis dans la traduction hongroise et, d’après M. Dattner, cette omission serait due très probablement à la tendance inconsciente des rédacteurs hongrois de la loi à accorder à l’Autriche le moins d’avantages possible.

Nous avons également toutes les raisons d’admettre que les cas si fréquents de répétition des mêmes mots