Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/158

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


est aussitôt portée chez le pharmacien. Peu de temps après, le médecin se rappelle qu’à la place de teinture il a prescrit de l’extrait de ces médicaments; il reçoit d’ailleurs un coup de téléphone du pharmacien qui le questionne à ce sujet. Il s’excuse en prétendant que l’ordonnance lui a été enlevée des mains, avant qu’il ait eu le temps de la terminer et de la revoir.

Ce qui est commun à ces trois cas, c’est que l’erreur a porté chaque fois sur le même médicament, qu’il s’est agi chaque fois de malades du sexe féminin, d’un âge avancé, et que la dose prescrite a toujours été trop élevée. Une rapide analyse a permis de constater que les rapports entre le médecin et sa mère ont dû exercer une action décisive sur la production répétée de cette erreur. Il se rappelle notamment qu’un jour (très probablement avant l’acte symptomatique dont nous nous occupons) il a prescrit à sa vieille mère le même médicament, et cela non à la dose de 0,02 cg., comme il en avait l’habitude, mais à celle de 0,03 cg., afin, pensait-il, d’obtenir un résultat plus radical. Cette dose avait provoqué chez sa mère (une femme très susceptible) une congestion du visage et une sécheresse désagréable dans la gorge. Elle s’en plaignit et dit en plaisantant que les ordonnances prescrites par un fils-médecin pouvaient quelquefois être dangereuses pour ses parents. A d’autres occasions, d’ailleurs, la mère, fille de médecin elle-même, refusa les médicaments que lui avait proposés son fils, en parlant (toujours sur un ton de plaisanterie, il est vrai) d’empoisonnements possibles.

Pour autant que M. Hitschmann a pu discerner les relations existant entre la mère et le fils, celui-ci lui a paru instinctivement, naturellement affectueux, mais n’ayant pas une haute opinion des qualités intellectuelles de sa mère et ne professant pas pour elle un respect exagéré. Vivant sous le même