Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/105

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.


de lapsus particulièrement instructif, bien que, d’après celui qui me l’a raconté, il remonte à 20 années environ. Une dame déclare un jour, dans une réunion (et le ton de sa déclaration révèle chez elle un certain état d’excitation et l’influence de certaines tendances cachées) : Oui, pour plaire aux hommes, une femme doit être jolie ; le cas de l’homme est beaucoup plus simple : il lui suffit d’avoir cinq membres droits ! Cet exemple nous révèle le mécanisme intime d’un lapsus par condensation ou par contamination (voir p. 62). Il semblerait, à première vue, que cette phrase résulte de la fusion de deux propositions :

il lui suffit d’avoir quatre membres droits
il lui suffit d’avoir cinq sens intacts.

Ou bien, on peut admettre que l’élément droit est commun aux deux intentions verbales qui auraient été les suivantes :

il lui suffit d’avoir ses membres droits
et de les maintenir droits tous les cinq.

Rien ne nous empêche d’admettre que ces deux phrases ont contribué à introduire, dans la proposition énoncée par la dame, d’abord un nombre en général, ensuite le nombre mystérieux de cinq, au lieu de celui, plus simple et plus naturel en apparence, de quatre. Cette fusion ne se serait pas produite, si le nombre cinq n’avait pas, dans la phrase échappée comme lapsus, sa signification propre, celle d’une vérité cynique qu’une femme ne peut énoncer que sous un certain déguisement. — Nous attirons enfin l’attention sur le fait que, telle qu’elle a été énoncée, cette phrase constitue aussi bien un excellent mot d’esprit qu’un lapsus amusant. Tout dépend de l’intention, consciente ou inconsciente, avec laquelle cette femme a prononcé la phrase. Or, son comportement excluait toute intention consciente ; il ne s’agissait donc pas d’un mot d’esprit !