Page:Arthur Hespel - L’émancipatieon des feimmes, 1901.djvu/6

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


—— 5 ——

que les visites qu'elle fét à domicile chà n' me rassure pos beauquéop.

ALBERT

Autremint dit, t'as peur que t’ feimme fasse ein amoureux.

FERNAND

Juste;... et j' crois qu'elle est assez dins l' mouv’mint pour chà.

ALBERT

Pour péo que j’ puisse juger t' feimme, i' m' semble que te t'alarme inutil'mint et j'oss’réos même t'assurer.

FERNAND

N' m'assure rien du tout; j' connéos mieux m’ feimme que ti, seul'mint i's séont tell'mint feinne à nous faire vir la lune, que j' vas t’ demander de m' rinle ein service.

ALBERT

Te n' doute pos que j' soiche pret à te l’ rinte.

FERNAND

Si j'in douléos, je n' te l' demandréos pos, v'là c' que ch'est, i' s'agiréot
d’ tenter eine épreufe.

ALBERT

Eine épreufe! Dins queu genre.

FERNAND

I' faudréot savoir, si ein audacieux féséot des avanches à m' feimme, si elle accepteréot.

ALBERT

T'as là eine drôle d'idée pour ête fixer sur les sintiments de t' teimme et ch'est risquer gros jeux; i' pourréot in résulter eine situatiéon pénible pour quelqu'ein.

FERNAND

Pos pour mi.

ALBERT

Hum!... en n' sés pos, et puis i' n'a pos fauque ti in jeux, i' a t' feimme,
l' mienne et i' a mi.

FERNAND

Véyéons, expliquéons-nous bin, pour mi je n' risque rien in f'sant tenter c't'épreufe, si m' feimme elle orfuse les propositiéons qu'on pourréot li faire, me v'là tranquile et fixé, si au contraire elle se laisse raconter fieurette j'in sréos prév’nu et je m’ tiendréos sur mes gartes.