Page:Arthur Hespel - L’émancipatieon des feimmes, 1901.djvu/5

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


—— 4 ——

FERNAND (Preinant eine fuelle de papier su’ l' buréau)

Acoute. et te n'in dout'ras pus; (lisant) Monsieur le Directeur. Malgré toutes les bontés que vous avez eu pour moi: malgré l'avancement que vous ne manquiez jamés de me faire obtenir au fur et à mesure de mon mérite, je me vois forcé de vous prier d'accepter ma démission de premier commis dans vos bureaux; la profession que ma femme a voulu embrasser me force à prendre cette décision. En vous adressant tous mes remerciments avec le regret de vous quitter, je vous prie, Monsieur le Directeur, de me croire votre tout dévoué....

ALBERT

Ch'est pus qu’ rinversant et ch'est à n' pos y croire.

FERNAND

Ch'est tout c' que te voudras, més ch'est ainsin, j'ai Lout esséyé pour que m' feimme ernéonche à s' professiéon; à s’ vocatiéon; comme ele dit, j'n'y ai pos parvénu, j'ernéonche à l'mienne.

ALBERT

Sérieus'mint n' fét pos chà, pinse, réfléchis acore avant d'invéyer
t' démissiéon.

FERNAND

Ch'est tout pinsé, ch'est tout réfléchi;… et puis j'ai mes réséons.

ALBERT

Des réséons sérieuses?

FERNAND

Aoui et je m'sins l'besouan de m’ confier à ein ami.

ALBERT

Si te m' juche digne de ceulle confidence, j' suis pret à t'acouter et mème à t' donner ein consel si ch'est possible.

FERNAND

Inutile de printe des détours pou’ dissimuler més craintes, l' vrai motif de
m’ démissiéon ch'est pour mi pouvoir surveiller m' feimme.

ALBERT

Commint, commint ! je n' te comprind pos.

FERNAND

Ch'est pourtant bin simple, m' feimme va s’ trouver in contacte
avec des héommes de toutes sortes et d’ tout, âches, et j' t'assure