Page:Arthur Hespel - L’émancipatieon des feimmes, 1901.djvu/4

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


L'ÉMANCIPATIEON DES FEIMMES


PREMIER AQUE

L' théâte orprésinte : Ein cabinet d' méd'cin eine porte au milant ; à l'plache de l' serrure eine petite plaque, sur ceulle plaque, on lit: Mettez deux francs dins l'ouverture et l' porte s'ouvrira automatiqu'mint; eine porte au premier plan cour et gardin, eine ferniète côté cour; au mitant eine table servant d’ buréau, sur ceulle table, papier, pleime, inquerrier, timbre, lifes, ein fauteul derrière, kéyaires à droide et à géauche, ein canapé posé orizéontal'mint dins chaque pan copé in laissant passache intre l' canapé et l’ décor, côté cour à l'avant-scène ein guéridéon avec des ustinsiles de méd'cin.

Scène I

FERNAND, ALBERT
(I's séont assis su’ l' canapé côté cour)

FERNAND (finissant eine phrase)

… Et v’là du c' que j'in suis ; elle a eu s’ dipléôme i a quin' jours
et te véos qu'elle n’a pos tardée à ouver s’ cabinet d' consultatiéon.

ALBERT

Si bin qu'asteur.

FERNAND

J'm'in vas sans pus tarder, invéyer m' démissiéon au directeur
de l'administratiéon.

ALBERT

Te n' f'ras pos chà, te dis chà pou rire.

FERNAND

Pos du tout ch'est on n' peux pos pus sérieux: ch’étéot même
cha que j' rédigéos quand t'es rintré, elle s'ra copiée au prope
tantéôt et invéyée d'mo matin.

ALBERT

Cha fét: qu’ te vas démissonner d'une plache qui t' rapporte
dix-huit chints francs et des espérances ?