Page:Arthur Hespel - L’émancipatieon des feimmes, 1901.djvu/22

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


—— 21 ——


n’ l'avéos prescrit... bah, elle croira qu' ch'est pou’ c' bien (elle séonne et puis met eine inscriptiéon su’ l'boîte).

ALBERT

(Intre du 1er pl, g. et véot l' client) Elle me fét rintrer et i' a acore quelqu’ein; ch'est aussi pir qu'au dispinsaire.

GABRIELLE

Tins! vous êtes malate ?

ALBERT

Aoui, et bin malate même.

GABRIELLE

Quoi c' que vous avez

ALBERT (désignant l' client)

Pardéon, avant finissez avec Mossieur, mi j'ai l' temps.

GABRIELLE

(Etonnée) Avec Mossieur (s’ertournant) Comint, vous êtes acore là, vous.

L’ CLIENT (s'el'vant)

Excusez, més j n'ai pos l' pièche deux francs pou’ l’automatique; j'ai mis eine pièche vingt cintimes, més elle ne s'ouvre pos el j'attinds.

GABRIRLLE

(Riant) Ah! ah! ch'est c' que vous avez d' mieux à faire, vous sortirez avec Mossieur.

(L’ client s' rassit).
ALBERT (à part)

Chà n’ fet pos n' affaire, mi,

GABRIELLE

Vous disiez déon que vous êtes sérieus'mint malate. cha m'étéonne d'autant pus qü'hier au soir vous n' vous plaigniez même pos.

ALBERT

Cha m'a v'nu comme ein quéop d'éclair, (à part) i' n' va pos s'in aller m'n héomme.

GABRIELLE

Vous n'avez pourtant pos eine mine de quéqu'ein malate.

ALBERT

Ch' n'est pos phisiqu'mint, ch'est moral'mint que j' soüffre, (à part) j' vas li donner deux francs, pou’ qu'i' s'in alle (i' r'méonte jusqu'au canapé) Bst!! Bst!! ténez (i' déonne deux francs au client et li moutre l'porte).