Page:Arthur Hespel - L’émancipatieon des feimmes, 1901.djvu/23

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


— 22 —

L' CLIENT (r'waittiant l’ pièche)

Merci, mossieur.

(I' met l' pièche à s' poche et s' rassit).
GABRIELLE

Véyéons, expliquez-me bin c' que vous r'sintez, pour mi vous souangnier conv'nablemint.

ALBERT

(R'montant; au client) Hé! ch’ n'est pos pour vous.

GABRIELLE

Commint ch’ n'est pos pour mi! pourquoi c' que vous v'nez m’ consulter.

ALBERT

Pardéon ! pardéon ! ch'est eine réflexiéon qu‘ je m' féséos;... j' vas vous expliquer m’ cas.

GABRIELLE

À la bonheure; v'nez vous assir ichi; (elle indique eine kéyaire tout prés de
l' sienne
) et soyez l' pus possible, précis dins vos explicatiéons.

ALBERT (s'assiant)

(A part) Ah bin, quoi c’ qui fet, i' n’ s'in va pos;
(à Gabrielle) i'a déjà longtemps qu' j'ai sinti in mi ein ormu ménache, dins les cominch'mints, j' n’y ai pos fét grante attintiéon, croyant qu’ cha s' pass’réot douch'mint comme ch'étéot v'nu, més asteur j' véos bin qu’ eh’est beauquéop pus grafe que je n' pinséos.

GABRIELLE

Vous ariez dû n' pos attinte si longtemps et v'nir m' consulter pus vite.

ALBERT

(A part) Cha cominche fin bin ; si m'n héomme i' n' s' s'réot pos là (à Gabrielle) j'y avéos d'abord pinsé, més j' n'in ai pos eu l' franchise.

GABRIELLE

Vous n' devez pourtant pos ête timite à c' pouant-là, vous êtes ein ami de
l' maseon, vous n' devriez pos manquer d’ franchise avec mi.

ALBERT

J'ai eu tort d'ête limite et j' vous promets qu'à l'occasiéon je ne l' s'rai pus;... quoi qu’ che n' soit pos ein déféaut.

GABRIELLE

Ch' n’est pos no pus eine qualité.