Page:Arthur Hespel - L’émancipatieon des feimmes, 1901.djvu/18

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


—— 17 ——

GABRIELLE

Ch’ n’est pos eine réséon, et n'éyant fét vos preufes ni l’ein ni l'éaule, i’ m'est assez difficile de m' prononcer.

OCTAVIE

J'aréos cru qu'ch'étéot ein avantache.

GABRIELLE

Ch' n’est ni ein avantache ni ein désavantache ; més cha n'proufe rien.

OCTAVIE

J' croyéos qu’ vous ariez pu m' prescrire ein médicamint, ou bin ein trait'mint à suife.

GABRIELLE

Je n' véos rien bin efficace; més on peut toudis essayer eine séquoi, (écrivant) j' vas vous prescrire eine poudre que vous prindrez.

OCTAVIE

J'comprinds; à peu prés au moumint.…..

GABRIELLE

Néon, vous n'y êtes pos: vous preindrez chà par pétite prise dins vos boisséons et i' faudréot in faire printe à vo’n'héomme.

OCTAVIE (s'el'vant)

Soyez tranquille, i' d'ara putéôt double ratiéon.

GaBRIÉLLE

Surtout preinnez vos précautiéons pour ne rien perte; quand on n'est pos riche i’ n'faut rien gaspillier.

OCTAVIE

J' n'oubli'rai pos vos r’eommandatiéons; dû c’ que vous m' conseillez d'aller querre l' médicamint.

GABRIELLE

Féaut que j' vous fasse préparer chà mi-même, l' pharmacien n’ vous l' donn’réot pos, si vous voulez l’ faire printe dins eine démi-heurette.

OCTAVIE

Si cha n’ vous dérinche pos, j” viendrai l' querre mi-même ;... cobin c'que j' vous déot.

GABRIELLE (écivant)

Rien (li indiquant l' porte féand) sortez par là s'i'-vous-plet.