Page:Arthur Hespel - L’émancipatieon des feimmes, 1901.djvu/17

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


—— 16 ——

Scène VII
GABRIELLE, OCTAVIE

GABRIELLE (s' rasiant au buréau presse su' l' timbre)

In v'là toudis ein que j’ n’arais pos contre mi, au contraire i' m’a l'air bin intintionner.

OCTAVIE (intre du 1er pl. g.)

Bonjour. madame.

GABRIELLE (s'el'vant)

Madame (li indiquant eine kéyaire), j' vous in prie.

OCTAVIE

J' viens vous d'mander ein avis sur ein cas, que j' n’aréos certain'mint pos osé consulter ein méd'cin, més à vous qui est du sexe, j' n'éproufe auqueine difficulté d’ vous consulter.

GABRIELLE

Ch'est ein pouant qui a été spécial'mint défindu dins les congrés d' méd'cine;... eine feimme dins certain cas ara pu d' confiance à eine feimme méd'cin, et par ceulle confiance elle trouv'ra pus facil'ment ein r'mète au mal.

OCTAVIE

Ch'est c’ que j'avéos pinsé et ch'est c’ qu'i' m' fét vous accorder m' préférince;... j' suis comme vous pouvez l' vir d'ein certain âche et su' l’ pouant de m' marier.

GABRIELLE

Ah! ch'est ein acte qui fét époque dins la vie d'une feimme.

OCTAVIE

Aussi j’ voudréos m' marier dins des conditiéons;... commint c'que j' diréos chà... dins des conbitiéons irréprochable à tout pouant d'vu;... j'ai ein p'tit magéot, celui que j mari n’est pos sans rien, et j' voudréos pour ces réséons n' pos rester sans héritier directe.

GABRIELLE

Cba m' paret assez difficile; vous avez queulle âche?

OCTAVIE

Chinquante-deux ans, m' futur i' d'a chinquante-quate et tous les deux célibataires.