Page:Arthur Hespel - L’émancipatieon des feimmes, 1901.djvu/16

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


—— 15 ——

GABRIELLE

Chà fet qu’ vous n' m'in voudrez pos et vous n' me tiendrez pos rancune de l’ concurance que j' pourréos vous faire.

LEBRUNE

Més louan d'là, et au contraire j' viens vous proposer d' nous associer pour les consultes grafes que nous pourriéons avoir à faire.

GABRIELLE

L'honneur que vous m' faites, prouve que vous avez confiance in mi, et si l'offre est fét généreus'mint, croyez qu'i' est accepté d’ même.

LEBRUNE (s'el'vant)

Ch'est déonc traité conclu ?

GABRIELLE (li tindant l'main)

Et signé.

LEBRUNE

J'suis inchanté de m’ visite; més je n' veux pos abuser d’ vos momints, ni faire trop longtemps attinte vos clients.

GABRIELLE

Ch'est trop d’ courtoisie.

LEBRUNE

Inutile de vous dire que quand i' vous plaira m' rinte visite; je m' f'rai ein véritable plaisir de vous r'chevoir.

GABRIELLE

J'accepte l'invitation, qui m' fet grand plaisir.

LEBRUNE

I' n' me reste pus qu'à printe congé d’ vous, et sans vouloir du mal à mes clients, j' souhaite d'avoir l’ putéôt possible l’occasiéon d'ouvrer insemble in consultatiéon.

GABRIELLE (conduit Lebrun jusqu'à l' porte du féond,
elle presse
ein boutéon, l' porte s'ouvre)p

(Saluant) Cher confrère, au plaisir de vous r'vir.

LEBRUNE (saluant)

Croyez bin, qu' chaque féos l'honneur s'ra pour mi.

(I' sorte).