Page:Arthur Hespel - L’émancipatieon des feimmes, 1901.djvu/15

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


—— 14 ——

GABRIELLE

Quoi c’ qu'i vous a donné ?

VICTORINE

Je pensais que c'était un limage, mais c'est une petite carton avec un nom dessus (elle sorte eine carte d' visite de l' poche de s' tablier) tiens, madame, regarde une fois.

GABRIELLE (lisant)

Lebrune, méd'cin-chirurgien;... i' n' vous a pos dit, qu'i' étéot m' frère, i' vous a dit ein confrère.

VICTORINE

C'était une fois possible qu'il a dit con, mo ou bien con, pour moi c’est le même chose.

GABRIELLE

Quand on vous donn'ra des p'tits cartéons ainsin, faudra toudis m’ les donner, ch'est pour mi.

VICTORINE (indifférinte)

Bon, madame, ça me fait rien, moi, je peux rien faire avec ça.

GABRIELLE

Faites intrer c’ mossieur, ch'est ein méd'cin comme mi.

VICTORINE

Bon, madame. (Elle sorte 1er pl. g.)

GABRIELLE

Si elle veut rester ichi, elle pourra bin s' dégoudire.

Scène VI
GABRIELLE, LEBRUNE
LEBRUNE (intre du 1er pl. g.)

Madame, vous m’ pardonn'rez d’ vous printe eine paire de minutes sur l'heure de vos consultatiéons, més j' ténéos à vous faire eine visite, in confrère heureux d' féliciter eine feimme d'avoir obtenue s’ dipléôme de doctoresse.

GABRIELLE (li indiquant eine kéyaire)

J' vous r'mercie d' vot’ politesse et d’ vot’ n’amabilité.

LEBRUNE

Not' corporatiéon n' peut que s' flatter d’ compter parmi ses mimbres des confrères du biéeau sexe, et si i' a eine professiéon qui méritéot d'attirer l'attintiéon des feimmes, ch’est bin l' not'.