Page:Arthur Hespel - L’émancipatieon des feimmes, 1901.djvu/11

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


—— 10 ——

FERNAND (vexé)

Vous n'avez pos toudis dis chà.

GABRIELLE

In tous cas, si ch'est c' qui vous carmousse, vous pouvez dormir sur vos deux orelles.

FERNAND

Ch't' ein consel facile à donner, més j’ n'in f’rai qu'à m’ mote; et j'vous préviens que j' viens d'écrire m' démissiéon qu’ j'invoie au Directeur.

(On séonne à l' porte des rues).
GABRIELLE

Vous faites bin, et vous gangn'rez autant à surveiller l’ménache; asteur donnez-me l' plache pour mi r’chevoir mes clients.

FERNAND (vexé)

Vous pouvez les r'chevoir tout à vo’ n’aise, che n’ s'ra pos mi qui vous déring'ra.

(I' prind ses papiers et intre 1er plan cour).


Scène IV
GABRIELLE, BUNIOL
(Gabrielle s' mettant au buréau fét sonner l' timbre)


BUNIOL (intrant du 1er plan gardin)

Vous n'avez pos b'souan d’ sonner pou’ m’ permette d’intrer.

GABRIELLE

Excusez, monéonque; j'croyéos qu’ ch'étéot ein client.

BUNIOL

Aujord'hui j' suis les deux.

GABRIELLE

Vous ètes malate ; assiez-vous; ... quoi s’ que vous avez?

BUNIOL (s'assit su l' kéyaire côté cour)

J'ai qu’ mes tourniols m'orprinn'tent acore eine féos, et i' féaut absolumint qu’ vous intrepreinniez de m' souangner.

GABRIELLE

Pourquoi n’ pos continuer avé vol’ méd'cin habitué et suife s' trai’mint.