Page:Reboux-Müller - À la manière de, sér1-2, 1921.djvu/15

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.
11
octave mirbeau

— Tu as de la chance, fit mon guide. C’est justement l’heure de la saignée… Tout le monde y passe une fois par jour.

— Et que faites-vous de ce sang ?

Il sortit de sa poche une petite bonbonnière.

— Des pilules… des pilules de fer, pour les anémiques riches… Le sang contient beaucoup de fer, tu sais ça… En veux-tu une ? Il me tendait son drageoir. Je refusai avec politesse.

— Maintenant, allons voir les Anglaises !…

Il me prit amicalement sous le bras, et me conduisit dans une salle voisine, où s’élevait une immense cage. Là, des créatures décharnées se tenaient misérablement serrées les unes contre les autres. On lisait sur leur face une expression d’agonie. Certaines gisaient à terre, comme mortes.

How do you do ? leur cria mon ami, badin.

Puis il m’expliqua :