Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/335

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


les actes manqués sont motivés par des tendances réellement refoulées, une analyse approfondie devient nécessaire, et se heurte parfois à de grandes difficultés et peut dans certains cas échouer.

La conclusion qui se dégage de ce que nous venons de dire est que si l’on veut obtenir des notions satisfaisantes sur les conditions psychologiques des actes manqués et accidentels, il faut orienter les recherches dans une autre direction et suivre une autre voie. Le lecteur indulgent est donc prié de ne voir dans ces considérations que des fragments artificiellement détachés d’un ensemble plus vaste, d’une démonstration plus complète.

VII. Quelques mots seulement encore, à titre d’indication relative à la direction qu’il faut suivre pour arriver à cet ensemble plus vaste. Le mécanisme des actes manqués et accidentels, tel qu’il s’est révélé à nous grâce à l’application de l’analyse, montre, dans ses points essentiels, une grande analogie avec le mécanisme qui préside à la formation de rêves, tel que je l’ai décrit dans le chapitre « Travail du rêve » de mon livre sur La Science des rêves. De part et d’autre on trouve des condensations et des formations de compromis (contaminations); la situation est la même, c’est-à-dire qu’elle est caractérisée par le fait que des idées inconscientes arrivent à s’exprimer à titre de modifications d’autres idées, en suivant des voies inaccoutumées, indépendamment des associations extérieures. Les inconséquences, les absurdités et les erreurs inhérentes au contenu du rêve, et à cause desquelles on hésite souvent à voir dans le rêve le produit d’une fonction psychique, se produisent de la même façon, bien qu’avec une utilisation plus libre des moyens existants, que les erreurs courantes de notre vie de tous les jours; ici comme là l’apparence de fonction incorrecte s’explique par l’interférence particulière de deux ou plusieurs actes corrects. De cette analogie se dégage une conclusion importante : le