Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/308

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


enthousiasme pour ce désir. Morgenrock (littéralement : « robe de matinée »), Tag-an-rock (peut être traduit, à la rigueur, par : (« robe de jour »; déformation de Taganrog, nom d’une ville russe) : on voit qu’il existe, entre ces deux mots, une affinité partielle, portant aussi bien sur le sens que sur les caractères phonétiques. L’adoption de la forme russe (Taganrog) s’explique par le fait que la dame vient de faire la connaissance d’une personne originaire de cette ville.

Je dois au Dr E. Hitschmann la solution d’un autre cas où un vers a été évoqué à plusieurs reprises dans le même endroit, alors que la personne intéressée ignorait la provenance de ce vers et ne voyait pas les rapports qui pouvaient exister entre lui et l’endroit en question.

« Le Dr E. raconte : Il y a six ans, je faisais le voyage de Biarritz à Saint-Sébastien. Le chemin de fer passe au-dessus de la Bidassoa qui sépare la France de l’Espagne. Du pont, on a une vue superbe : d’un côté, une large vallée et les Pyrénées; de l’autre côté, une vaste étendue de mer. C’était par une belle et claire journée d’été, tout était inondé de soleil et de lumière, j’étais en vacances, enchanté de me rendre en Espagne, et tout à coup ces vers ont surgi dans ma mémoire : « Aber frei ist schon die Seele, schwebet in dem Meer von Licht 93. »

Je me rappelle avoir alors cherché, mais en vain, le poème dont ces vers faisaient partie. Étant donné le rythme, il s’agissait certainement de vers, mais impossible de me rappeler où je les avais lus. Comme ils me sont depuis revenus, à plusieurs reprises, à la mémoire, je me rappelle avoir interrogé à ce sujet plusieurs personnes qui n’ont pu me renseigner.

L’année dernière, revenant d’Espagne, je suivais le même trajet. Il faisait nuit noire et il pleuvait. Le visage collé contre la vitre de la portière, je cherchais à discerner