Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/294

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


celui-ci ne sera bien caractérisé que si les motifs qui nous l’ont dicté nous échappent et si nous cherchons à l’expliquer par le « hasard » ou l’ « inattention ».

Font donc partie de cette catégorie les cas d’oubli et les erreurs (qui ne sont pas l’effet de l’ignorance), les lapsus linguae et calami,les erreurs de lecture, les méprises et les actes accidentels.

En allemand, tous les mots désignant les actes manqués cités plus haut commencent par la syllabe ver (Ver-sprechen, Ver-lesen, Ver-schreiben, Ver-greifen), ce qui a pour but de faire ressortir leur identité intime. A l’explication de ces processus psychiques si définis se rattache une série de remarques, pour la plupart d’un grand intérêt.

I. En laissant de côté une partie de nos fonctions psychiques, parce que non justiciables d’une explication par la représentation du but en vue duquel elles s’accompliraient, nous méconnaissons l’étendue du déterminisme auquel est soumise la vie psychique. Ici et dans d’autres domaines, ce déterminisme s’étend beaucoup plus loin que nous ne le soupçonnons. Dans un article publié en 1900 dans la revue Zeit, l’historien de la littérature R. M. Mayer a montré d’une manière détaillée et d’après de nombreux exemples, qu’il est impossible de commettre un non-sens intentionnellement et arbitrairement. Je sais depuis longtemps qu’il est impossible de penser à un nombre ou à un nom dont le choix soit tout à fait arbitraire. Si l’on examine un nombre à plusieurs chiffres, composé d’une manière en apparence arbitaire, à titre de plaisanterie ou par vanité, on constate invariablement qu’il est rigoureusement déterminé, qu’il s’explique par des raisons qu’en réalité on n’aurait jamais considérées comme possibles. Je vais d’abord analyser brièvement un exemple de prénom arbitrairement choisi et soumettre ensuite à une analyse plus détaillée un exemple de nombre lancé au hasard, « sans penser à rien ».