Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/260

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


monnaie le billet qu’elle voulait laisser en pourboire à la bonne. Il est probable qu’elle tenait quand même à payer son repas.

Dans une communication assez longue, publiée sous le titre: « La signification symptomatique de la perte d’objets » dans Zentralblatt für Psychoanalyse (I, 10/11), M. Otto Rank a eu recours à l’analyse de rêves pour faire ressortir le caractère de « sacrifice » inhérent à cet acte et dégager ses raisons profondes. (D’autres communications sur le même sujet ont paru dans Zeitschr. f. Psychoanalyse, Il et Internat. Zeitschr. f Psychoanalyse, I, 1913). Le plus intéressant, c’est que l’auteur montre que ce n’est pas seulement la perte d’objets qui est déterminée par des raisons cachées, mais qu’on peut souvent en dire autant de la découverte d’objets. L’observation suivante montre dans quel sens il faut entendre cette proposition. Il est évident que, lorsqu’il s’agit de perte, l’objet est déjà donné, tandis que dans le cas de trouvaille il doit encore être cherché (Internat. Zeitschr. f. Psychoanal., III, 1915).

« Une jeune fille, encore à la charge de ses parents, veut s’acheter un bijou bon marché. Elle demande le prix de l’objet qui la tente, mais apprend, à son regret, que ce prix dépasse ses économies. Il ne lui manque que deux couronnes pour pouvoir s’offrir cette petite joie. Très triste, elle se dirige chez elle à travers les rues, très animées à cette heure-là. Sur une des places les plus fréquentées, et bien que, d’après ses dires, elle fût profondément plongée dans ses pensées, elle aperçoit à terre un bout de papier qu’elle allait dépasser sans y prêter attention. Mais elle se ravise, se baisse pour le ramasser et constate, à son grand étonnement, que c’est un billet de deux couronnes plié. Elle pense : « C’est un heureux hasard qui me l’envoie, pour que je puisse m’acheter le bijou », et elle se propose de rebrousser chemin pour réaliser son intention. Mais, au même moment, elle se dit qu’elle