Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/259

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


Dr B. Dattner : « Un collègue me raconte qu’il a perdu par hasard son stylo qu’il avait depuis deux ans et auquel il tenait beaucoup, parce qu’il le trouvait très commode. L’analyse révéla la situation suivante. La veille, le collègue avait reçu de son beau-frère une lettre profondément désagréable qui se terminait ainsi : « Je n’ai d’ailleurs ni le temps ni l’envie d’encourager ta légèreté et ta paresse. » L’émotion provoquée par cette lettre fut telle que le lendemain le collègue perdit son stylo, qu’il avait précisément reçu en cadeau de ce beau-frère : ce fut comme un sacrifice qu’il offrit, afin de ne rien devoir à ce dernier. »

Une dame de ma connaissance ayant perdu sa vieille mère s’abstient naturellement de fréquenter les théâtres. L’anniversaire de la mort devant expirer dans quelques jours, elle se laisse entraîner par des amis à prendre un billet pour une représentation particulièrement intéressante. Arrivée devant le théâtre, elle constate qu’elle a perdu son billet. Elle croit l’avoir, par mégarde, jeté avec le billet de tramway, en descendant de voiture. Cette dame se vante précisément de n’avoir jamais rien perdu par inattention.

On peut admettre qu’une autre perte faite par elle eut également ses raisons.

Arrivée dans une station thermale, elle se décide à faire une visite dans une pension de famille où elle était logée lors d’un séjour antérieur. Elle y est reçue comme une vieille connaissance, invitée à dîner, et lorsqu’elle veut payer, on ne veut rien accepter d’elle, ce qui lui déplaît quelque peu. On lui accorde seulement la permission de laisser quelque chose à la servante, et elle ouvre sa bourse pour retirer un billet de 1 mark. Le soir, le domestique de la pension lui apporte un billet de 5 marks qu’il a trouvé sous la table et qui, d’après la maîtresse de la pension, ne peut appartenir qu’à elle. Elle l’a donc laissé tomber, pendant qu’elle cherchait dans son porte-