Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/24

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.


surgi spontanément. Pour que le nom de substitution devienne conscient, il faut d’abord un effort d’attention et, ensuite, la présence d’une condition, en rapport avec les matériaux psychiques. Cette dernière condition doit, à mon avis, être cherchée dans la plus ou moins grande facilité avec laquelle s’établit la nécessaire association extérieure entre les deux éléments. C’est ainsi que bon nombre de cas d’oublis de noms sans fausse réminiscence se rattachent aux cas avec formation de noms de substitution, c’est-à-dire aux cas justiciables du mécanisme que nous a révélé l’exemple Signorelli. Mais je n’irai certainement pas jusqu’à affirmer que tous les cas d’oublis de noms peuvent être rangés dans cette catégorie. Il y a certainement des oublis de noms où les choses se passent d’une façon beaucoup plus simple. Aussi ne risquons-nous pas de dépasser les bornes de la prudence, en résumant la situation de la façon suivante : à côté du simple oubli d’un nom propre, il existe des cas où l’oubli est déterminé par le refoulement.