Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/218

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


qui ne résultent pas toujours d’un fonctionnement momentanément et accidentellement défectueux de nos organes moteurs! Le double sens que le langage attribue à ces expressions montre d’ailleurs quelles sont les idées dissimulées que ces troubles de l’équilibre du corps sont susceptibles de révéler. Je me rappelle un grand nombre d’affections nerveuses légères qui se sont déclarées, chez des femmes et des jeunes filles, à la suite d’une chute sans lésion aucune et qui ont été interprétées comme des manifestations d’hystérie traumatique provoquées par la peur. Je soupçonnais alors qu’il n’en était pas tout à fait ainsi, que la succession des faits devait être différente, que la chute pouvait bien être elle-même une manifestation de la névrose et une expression de ces idées inconscientes à contenu sexuel auxquelles on doit accorder, parmi les symptômes, le rôle de forces motrices. N’en avons-nous pas une confirmation dans le proverbe qui dit : « lorsqu’une jeune fille tombe, c’est toujours sur le dos »?

C’est encore une méprise que commet celui qui donne à un mendiant une pièce en or au lieu d’une pièce en bronze ou d’une petite petite pièce en argent. L’explication des méprises de ce genre est facile : ce sont des sacrifices qu’on fait pour se concilier le sort, détourner un malheur, etc. Lorsqu’on a entendu, immédiatement avant la promenade, au cours de laquelle elle s’est montrée si involontairement généreuse, la mère ou la tante exprimer ses soucis au sujet de la santé d’un enfant, on est fixé avec certitude sur le sens de la fâcheuse méprise dont elle a été victime. C’est ainsi que nos actes manqués nous fournissent un moyen de rester attachés à toutes les coutumes pieuses et superstitieuses que la lumière de notre raison, devenue incrédule, a chassées dans l’inconscient.

f) Plus que tout autre domaine, celui de l’activité sexuelle nous fournit des preuves certaines du caractère