Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/216

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


plus loin jusqu’à quel point ces interprétations superstitieuses méritent d’être prises en considération. Je ferai seulement remarquer ici qu’un acte maladroit ne possède pas dans tous les cas la même signification, mais sert, selon les circonstances, à exprimer telle ou telle intention.

Il y eut récemment dans ma maison une période pendant laquelle les verres et la vaisselle de porcelaine subissaient un véritable massacre; j’y ai moi-même contribué dans une, mesure considérable. Mais cette petite endémie psychique était facile à expliquer : on était à quelques jours du mariage de ma fille aînée. Dans cette circonstance solennelle on a toujours l’habitude de briser un objet en verre ou en porcelaine, en formulant des vœux de bonheur. Cette coutume peut avoir la signification d’un sacrifice et plusieurs autres sens symboliques.

Lorsque des domestiques détruisent des objets fragiles, en les laissant tomber, on ne pense pas tout de suite à chercher une explication psychologique de ces actes; il n’en est pas moins probable que ces derniers sont déterminés, en partie tout au moins, par des motifs obscurs. Rien n’est plus étranger à l’homme dépourvu de culture que l’amour de l’art et des œuvres d’art. Nos domestiques éprouvent une sourde hostilité à l’égard de ces derniers, surtout lorsque ces objets, dont ils ne comprennent pas la valeur, leur imposent un travail supplémentaire et minutieux. Au contraire, le personnel domestique des établissements scientifiques, qui possède cependant le même degré de culture et a les mêmes origines que nos domestiques de maisons bourgeoises, se distingue par l’habileté et l’assurance avec lesquelles il manie les objets délicats, habileté et assurance que ces serviteurs n’acquièrent qu’après s’être identifiés avec leur chef et avoir pris l’habitude de se considérer comme attachés d’une façon permanente à l’établissement dont ils font partie.

J’intercale ici la communication d’un jeune technicien,