Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/207

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


en consultation m’écrit qu’il hésite, en ce qui concerne le diagnostic, entre une lésion médullaire et une névrose traumatique (hystérie). Je suis donc invité à trancher la question. C’est le moment de se rappeler qu’il faut être très circonspect dans les cas de diagnostic difficile. De plus, les médecins ne manquent pas qui pensent qu’on pose trop à la légère le diagnostic d’hystérie là où il s’agit de choses bien plus sérieuses. Mais l’injure n’est toujours pas justifiée! Or, il se trouve que la petite station de chemin de fer où je dois descendre est la même que celle où je suis descendu il y a quelques années, pour aller voir un jeune homme qui, à la suite d’une émotion, avait présenté certains troubles ambulatoires. J’avais posé le diagnostic d’hystérie et soumis le malade au traitement psychique; mais je ne tardai pas à me rendre compte que si mon diagnostic n’était pas tout à fait inexact, il n’était pas non plus rigoureusement exact. Un grand nombre de symptômes de ce malade étaient de nature hystérique et n’ont pas tardé à disparaître sous l’influence du traitement. Mais derrière ces symptômes s’en sont révélés d’autres, réfractaires à mon traitement et qui ne pouvaient être rattachés qu’à une sclérose multiple. Ceux qui ont vu le malade après moi n’ eurent aucune difficulté à reconnaître l’affection organique; j’aurais fait et jugé comme les médecins qui m’ont succédé; il n’en est pas moins vrai qu’il y avait là de ma part toutes les apparences d’une grave erreur; il va sans dire que la promesse de la guérison que j’ai cru devoir faire au malade n’a pu être tenue. La méprise qui m’a fait glisser dans la poche le diapason à la place du marteau pouvait donc recevoir la traduction suivante : « Imbécile, âne que tu es, fais bien attention cette fois et ne pose pas le diagnostic d’hystérie là où il s’agit d’une maladie incurable, comme cela t’est arrivé il y a quelques années dans la même localité chez ce pauvre homme! » Et heureusement pour ma petite analyse, mais malheureusement pour