Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/205

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


porte de mon bureau, l’autre celle de mon domicile particulier. Elles ne sont pas précisément faciles à confondre, étant donné que la clef du bureau est au moins trois fois plus grande que celle de mon domicile. En outre, je porte toujours la première dans la poche de mon pantalon, l’autre dans celle de mon veston. Malgré cela, il m’est souvent arrivé de constater, lorsque je me trouvais devant l’une des deux portes, que j’avais préparé, en montant les escaliers, la clef ouvrant l’autre. Je me suis décidé à faire une observation statistique : comme je me trouvais tous les jours devant les deux portes dans une disposition psychique à peu près identique, j’en ai conclu que la confusion entre les deux clefs, si elle était déterminée par des mobiles psychiques, devrait être, elle aussi, soumise à une certaine régularité. Or, en poursuivant mes observations, j’ai constaté que je voulais régulièrement ouvrir la porte du bureau avec la clef de mon domicile, l’inverse ne s’étant produit qu’une seule fois: ce fut un jour, où rentrant chez moi fatigué, je savais que j’étais attendu par un visiteur; je fis alors la tentative d’ouvrir la porte de mon domicile avec la clef du bureau, trop grande pour la serrure. »

b) Depuis six ans, j’ai l’habitude de sonner deux fois par jour, à des heures fixes, à la porte d’une maison. Pendant ces six années, il m’est arrivé deux fois (à un bref intervalle) de monter un étage plus haut. Une fois, j’étais absorbé par un rêve ambitieux, dans lequel je me voyais « monter indéfiniment ». Je n’ai pas entendu, lorsque j’ai mis les pieds sur les premières marches du troisième étage, s’ouvrir la porte de l’appartement du deuxième, qui était précisément celui où j’étais attendu. L’autre fois, il m’est également arrivé de dépasser mon but, parce que j’étais « plongé » dans mes idées. Lorsque, m’étant aperçu de mon erreur, j’ai rebroussé chemin et essayé de surprendre le rêve qui m’absorbait, j’ai constaté que j’étais en colère contre un critique (imaginaire) de mes ouvrages qui