Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/20

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been validated.


attachent une valeur exceptionnelle aux plaisirs sexuels et, lorsqu’ils sont atteints de troubles sexuels, ils sont pris d’un désespoir qui contraste singulièrement avec leur résignation devant la mort. Un des malades de mon confrère lui dit un jour : « Tu sais bien, Herr (Seigneur), que lorsque cela ne va plus, la vie n’a plus aucune valeur. » Je me suis toutefois abstenu de communiquer ce trait caractéristique, préférant ne pas aborder ce sujet scabreux dans une conversation avec un étranger. Je fis même davantage : j’ai distrait mon attention de la suite des idées qui auraient pu se rattacher dans mon esprit au sujet : « Mort et Sexualité. » J’étais alors sous l’impression d’un événement dont j’avais reçu la nouvelle quelques semaines auparavant durant un bref séjour à Trafoï : un malade, qui m’avait donné beaucoup de mal, s’était suicidé, parce qu’il souffrait d’un trouble sexuel incurable. Je sais parfaitement bien que ce triste événement et tous les détails qui s’y rattachent n’existaient pas chez moi à l’état de souvenir conscient pendant mon voyage en Herzégovine. Mais l’affinité entre Trafoï et Boltraffio m’oblige à admettre que, malgré la distraction intentionnelle de mon attention, je subissais l’influence de cette réminiscence.

d) Il ne m’est plus possible de voir dans l’oubli du nom Signorelli un événement accidentel. Je suis obligé de voir dans cet événement l’effet de mobiles psychiques. C’est pour des raisons d’ordre psychique que j’ai interrompu ma communication (sur les mœurs des Turcs, etc.), et c’est pour des raisons de même nature que j’ai empêché de pénétrer dans ma conscience les idées qui s’y rattachaient et qui auraient conduit mon récit jusqu’à la nouvelle que j’avais reçue à Trafoï. Je voulais donc oublier quelque chose ; j’ai refoulé quelque chose. Je voulais, il est vrai, oublier autre chose que le nom du maître d’Orvieto ; mais il s’est établi, entre cet « autre chose » et le nom, un lien d’association, de sorte que mon acte de volonté