Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/188

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


M. Jocelyn, mais M. Joyeuse. Cette deuxième erreur m’a fourni aussitôt la clef pour l’explication de la première, c’est-à-dire de l’illusion de la mémoire. Joyeux (dont le nom Joyeuse représente la forme féminine) : telle est la traduction française de mon propre nom (Freud). Mais d’où provenait la rêverie que j’avais faussement attribuée à Daudet? Elle ne pouvait être que mon produit personnel, un rêve éveillé que j’ai fait moi-même et qui n’a pas pénétré dans ma conscience ou qui, si jamais j’en ai eu conscience, a été depuis complètement oublié. Il est possible que j’aie fait ce rêve à Paris même, au cours d’une de mes nombreuses promenades tristes et solitaires, alors que j’avais tant besoin d’aide et de protection, avant que le maître Charcot m’eût introduit dans son cercle. J’ai eu plusieurs fois l’occasion de rencontrer l’auteur du Nabab dans la maison de Charcot. Ce qui me contrariait seulement dans cette affaire, c’est qu’il n’y a rien qui me répugne autant que la situation d’un protégé. Ce qu’on en voit dans notre pays est fait pour vous ôter toute envie de chercher des protections, et mon caractère ne s’accommoderait d’ailleurs pas de l’attitude que comportent les obligations d’un protégé. J’ai toujours tendu tous mes efforts à être libre et indépendant, un homme qui ne doive rien à autrui. Et c’est moi qui devais me rendre coupable d’un rêve pareil (qui n’a d’ailleurs jamais reçu même un commencement de réalisation!). Ce cas fournit encore un excellent exemple de la manière dont nos rapports avec notre propre moi (rapports réprimés à l’état normal, mais se manifestant victorieusement dans la paranoïa) nous troublent et embrouillent notre considération objective des choses.

Un autre cas d’illusion de la mémoire, qui se laisse, lui aussi, expliquer d’une façon satisfaisante, se rapproche de la « fausse reconnaissance » dont nous nous occuperons plus tard. Le voici : Je raconte à l’un de mes malades, homme ambitieux et très doué, qu’un