Page:Arthur Hespel - L’émancipatieon des feimmes, 1901.djvu/30

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


— 29 —
Scène XVI
LES MÊMES, OCTAVIE, VICTORINE
OCTAVIE (intre du 1er pl. g.)

L' servante m'a dit que j' vous trouv'réos à vo’ cabinet.

GABRIELLE (s'el'vant)

Comme vous véyez;... j' suis à vous.

BUNIOL (allant à elle)

(Amoureus’mint) Commint ch'est vous, vous v'nez consulter, quoi c’ que vous avez.

OCTAVIE (donnant l' canche)

Ch'est pour vous que j' viens, j’ vous savéos ichi et j' viens vous dire que l’ gardeville du quartier i' cache aprés vous.

FERNAND (étonné)

Ein gardeville.

OCTAVIE (bas à Gabrielle)

N' dites pos qu’ j'ai v'nu vous consulter.

BUNIOL

Més j’ n'ai rien fét et je m' demante pourquoi c' que l' gardeville i' cache aprés mi.

OCTAVIE

I' rapporte eine fuelle à signer pour avoir vos papiers d’ milice, n'étant pas cor vo’ feimme i' n'a pos voulu que j' signe pour vous.

ALBERT (à Buniol)

On vous d'mante acore vos papiers d’ milice à vo’ n’âche.

FERNAND (li buquant sur l'épiaule)

Si j'ai bin compris, madame.

BUNIOL

S'ra vot’ tante sous péo.

FERNAND

Tous mes compliminis, (à Octavie) alléons, ma tante, vous allez printe ein verre avec nous éautes, on béos à vo' mariache (alléant à l' porte 1er pl. g.) Victorine, apportez ein verre prope.

OCTAVIE

Vous êtes bin aimable et j' vous r’mercie du bon accueil que vous m' faites.

GABRIELLE (passant côté g.)

Més vous l' méritez, ma tante (dissimulant l' boîte) (à Octave) t'nez vlà vo’ poudre, muchez l' boîte.