Page:Arthur Hespel - L’émancipatieon des feimmes, 1901.djvu/27

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


— 26 —


ALBERT

Bé soit pour eine opératiéon quand vous arez b'souan d'indormir l'malate.

GABRIELLE

Vous savez bin qu’ je n' crois pos à vo’ n'hypnotise et j'aime mieux indormir par les procédés chimiques, ch'est pus sûr.

ALBERT

Vous avez tort de n’ pos y croire; voulez que j' vous déonne eine preuve de m'savoir faire ?

GABRIELLE

Queulle preufe.

ALBERT

J' vous indor in mouan d’ deux minutes.

GABRIELLE

J' vous in défi bin.

ALBERT

Aoui, vous allez vir chà; (avanchant eine kéyaire d'vant l' table) t'nez, assiez-vous là et comptez jusqu'à dix.

GABRIELLE (assit)

Eine, deux, trois.

ALBERT

Comptez tout bas, (li serrant les yeux) serrez vos yeux, (à part) elle est trop belle ainsin pour mi pos l’imbrasser (i' l'imbrasse).

GABRIELLE

À més néon! (elle veut s'el'ver).

ALBERT

Bougez pos, ch'est m' méthote.

Scène XIII

LES MÊMES, FERNAND, BUNIOL
(Albert li r'serre les yeux et l'imbrasse su' s' fréont).
FERNAND (intrant avec Buniol 1er pl. g.)

Vous d'vez bin pinser qu’ je n' doute pos d’ vos paroles.

(Véyéant Albert imbrasser s' feimme i' fet mine de rien).
GABRIELLE (mitant de l'scène)

Pos d’ chance pour eine féos qu'i' m'imbrasse.