Page:Reboux-Müller - À la manière de, sér1-2, 1921.djvu/261

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


 

L’HEURE FRISSONNANTE

 

Rosée aux fleurs… Les fils télégraphiques chantent.
On dirait la chanson nerveuse du matin…
Ah ! toutes les douleurs modernes qu’enchantent
Les aubes d’Avril parfumées de l’odeur de l’eau dans
                                                                     [les thyms !

Couvre-toi… On a froid aux pieds. Ramène ton
                                                                  [châle
Sur tes seins passionnés et étroits.
Les fils télégraphiques chantent. Le jour point. Je
                                                                 [suis pâle.
Six heures sonnent, le monde est triste. Et on a
                                                                  [froid…