Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/263

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


dans le hall de l’hôtel. Il me présenta sa femme et ajouta : « Vous allez bien déjeuner avec nous? » J’avais quelque chose à acheter dans la rue la plus proche et promis de revenir aussitôt. En entrant dans la salle à manger, je trouvai le couple installé, tous deux sur le même rang, devant une petite table à côté d’une fenêtre. En face d’eux il n’y avait qu’un fauteuil, dont le dossier et le siège étaient encombrés par le lourd imperméable du mari. J’ai très bien compris le sens de cette situation, qui n’était certainement pas intentionnelle, mais d’autant plus significative. Cela voulait dire : « Ici il n’y a pas place pour toi, tu es maintenant de trop. » Le mari ne remarqua pas que j’étais resté debout devant la table, sans m’asseoir, mais sa femme le poussa du coude et lui chuchota : « Tu as encombré le fauteuil de ce monsieur. »

A propos de ce fait, et d’autres analogues, je me suis dit plus d’une fois que les actes non-intentionnels de ce genre doivent nécessairement devenir une source de malentendus dans les relations humaines. Celui qui accomplit un acte pareil, sans y attacher aucune intention, ne se l’attribue pas et ne s’en estime pas responsable. Quant à celui qui est, pour ainsi dire, victime d’une telle action, qui en supporte les conséquences, il attribue à son partenaire des intentions et des pensées dont celui-ci se défend, et il prétend connaître de ses processus psychiques plus que celui-ci ne croit en avoir révélé. L’auteur d’un acte symptomatique est on ne peut plus contrarié, lorsqu’on le met en présence des conclusions que d’autres en ont tirées ; il déclare ces conclusions fausses et sans fondement : c’est qu’il n’a pas conscience de l’intention qui a présidé à son acte. Aussi finit-il par se plaindre d’être incompris ou mal compris par les autres. Au fond, les malentendus de ce genre tiennent au fait qu’on comprend, trop et trop finement. Plus deux hommes sont « nerveux », et plus il y aura d’occasions de brouille