Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/185

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


n’apparaît dans toute sa signification que lorsqu’on examine la psychologie de personnes névrosées. On est alors obligé de reconnaître dans cet élémentaire instinct de défense contre des représentations susceptibles d’éveiller des sensations désagréables, dans cet instinct qui ne peut être comparé qu’au réflexe qui provoque la fuite dans les excitations douloureuses, un des piliers du mécanisme qui supporte les symptômes hystériques. Qu’on n’oppose pas à la supposition que nous faisons concernant l’existence de cet instinct de défense, le fait que nous sommes assez souvent dans l’impossibilité de nous débarrasser de souvenirs pénibles qui nous obsèdent, de chasser des sentiments pénibles tels que le remords, le repentir, etc. C’est que nous ne prétendons pas que cet instinct de défense soit capable de s’affirmer dans tous les cas, qu’il ne puisse pas, dans le jeu des forces psychiques, se heurter à des facteurs qui, en rapport avec d’autres buts, cherchent à réaliser le contraire et le réalisent à l’encontre de l’instinct en question. Le principe architectonique de l’appareil psychique doit être reconnu comme consistant dans la superposition, la stratification de plusieurs instances différentes, et il est fort possible que l’instinct de défense fasse partie d’une instance inférieure et soit entravé dans son action par des instances supérieures. Ce qui prouve toutefois l’existence et la puissance de l’instinct de défense, ce sont les processus qui, comme ceux décrits dans nos exemples, peuvent y être ramenés. Nous voyons que beaucoup de choses sont oubliées pour elles-mêmes; mais dans les cas où cela n’est pas possible, l’instinct de défense déplace son but et plonge dans l’oubli autre chose, une chose moins importante, mais qui, pour une raison ou une autre, est reliée à la chose principale par une quelconque association.

Cette manière de voir, d’après laquelle les souvenirs succombent particulièrement facilement à l’oubli motivé, mériterait d’être étendue à beaucoup d’autres