Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/183

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


entre les deux attitudes à des conditions purement psychologiques et de voir dans les deux modes de réaction l’expression d’un seul et même motif. De tous les nombreux exemples de négation de souvenirs désagréables que j’ai eu l’occasion d’observer dans l’entourage de malades, il en est un dont je me souviens d’une façon toute particulière. Une mère me renseigna sur l’enfance de son fils adolescent, atteint d’une maladie nerveuse, et me raconta à ce propos que lui et ses frères et sœurs avaient, jusqu’à un âge relativement avancé, présenté de l’incontinence nocturne, ce qui n’est pas sans importance comme antécédent dans une maladie nerveuse. Quelques semaines plus tard, lorsqu’elle vint me demander des renseignements sur la marche du traitement, je profitai de l’occasion pour attirer son attention sur les signes de prédisposition morbide existant chez le jeune homme et j’évoquai à ce propos l’incontinence nocturne dont elle m’avait elle-même parlé précédemment. A mon grand étonnement,