Page:Freud - La Psychopathologie de la vie quotidienne, 1922, trad. Jankélévitch.djvu/102

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has been proofread.


poursuivi notre ronde. En un endroit d’où nos regards apercevaient le parc baigné par la lumière du clair de lune, une prairie éclairée comme en plein jour et, au-delà, de légers nuages vaporeux, la représentation que me suggérait toute cette atmosphère s’était concrétisée par l’image d’un chœur d’elfes dansant à la lisière du bois de cyprès proche de la prairie.

« L’après-midi du jour suivant, nous avons conduit notre pauvre camarade à sa dernière demeure. Le trajet qui séparait notre prison du cimetière de la petite localité voisine a été pour nous un douloureux et humiliant calvaire. Des adolescents bruyants, une population railleuse et persifleuse, des tapageurs grossiers ont profité de l’occasion pour manifester à notre égard des sentiments mêlés de curiosité et de haine. La conscience de mon impuissance en face de cette humiliation que je n’aurais pas supportée dans d’autres circonstances, l’horreur devant cette grossièreté exprimée de manière aussi cynique, m’ont rempli d’amertume et m’ont plongé dans un état de dépression qui a duré jusqu’au soir. À la même heure que la veille, avec le même compagnon, j’ai repris le chemin caillouteux qui faisait le tour de notre villa. En passant devant la grille de la cave où nous avions déposé la veille le cadavre de notre camarade, je me suis souvenu de l’impression que j’avais ressentie à la vue de son visage éclairé par la lumière des bougies. Et à l’endroit d’où j’apercevais à nouveau le parc étendu sous le clair de lune, je me suis arrêté et j’ai dit à mon compagnon : « Ici nous pourrions nous asseoir sur l’herbe (Gras) et chanter (singen) une sérénade. » Mais en prononçant cette phrase j’avais commis deux lapsus : Grab (tombeau), au lieu de Gras (herbe) et sinken (descendre), au lieu de singen (chanter). Ma phrase avait donc pris le sens suivant : « Ici nous pourrions nous asseoir dans la tombe et descendre une sérénade. »