User:Reptilien.19831209BE1/test

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search

NOTULE

SO LES BASSÈS SCOLES DO VÎ TINS.


Cronmouze (1) est l’ pus bea vinåve del comene di Hesta, vos dirîz on ptit pôrt di mer. C’ est la ki, li vint di nôvimbe meye set cint et ûtante cwate, li Bondiu s’ a-st avizé di m’ taper so l’ tere… On n’ oizreut dmander s’ il a bén ou må fwait, ci sereut l’ ofinser mortelmint ! Tant k’ a mi dji n’ m’ è såreu plinde.

Dj’ a co bon di rloukî ene pitite måjhone come on sånî, ki djond li ptit Tchôfontinne, c’ est la ki m’ pôve mere m’ a hossî, faxhî, candôzé, mågré tos les tourmints ki dj’ lyi a fwait edurer nouv moes å lon !… C’ est la dvins ki dj’ a passé mes set prumirès anêyes. Dji lyi fwai co voltî on bea sierviteur a cisse nozêye måjhinete la (2), cwand dji passe po aler rvey l’ cisse di m’ pere, e Håyneu, et lyi dner on côp d’ tchapea ossu.

Dj’ aveu cwatre ans et dmeye cwand on pårla di m’ mete e scole ; c’ est l’ date del fameuse atelêye, di l’ ewaeré rmowe-manaedje d’ ûtante-nouv, di nosse prumire revolucion anfin, k’ a metou tote l’ Urope cou dzeur cou dzo, k’ a cbouyî totes les tiesses, efouwé tos les cerveas, k’ a rtourné l’ monde, fåt i dire, come on coturî ritoûne on vî pelé djustucôr kimagnî des motes (3).

Adon, les efants ni cnoxhît les scoles ki par les sognes kel fjhît haper. Por zels, on mwaisse di scole esteut-st on spawta, on spér, on leu-waerou ; et les scoles, des måjhones di tchatimint, des vraiys prijhons come ås Bayåds (4) wice k’ on metéve les sots, les baligands et d’ totes sôres di counasses.

Et nos bons parints (ki l’ Bondiu åye leus åmes di tertos !) si complaijhît a nos mintni dvins ces pawoureusès pinsêyes la po s’ fé pus åjheymintobeyi. Si nos fjhîs l’ målapris, i nos mostrît l’ long doet tot nos djhant: « Ti mel payrès, va; t’ irès-st e scole, et la ti serès batou avou ene boune vedje, et on t’ taprè-st e l’ cåve ! »

Di leu costé, les mwaisses et les dames di scole respondît: « Awè, metoz mu vosse fi, dji vs l’ arindjrè come i fåt; avou kékès bounès bouxhe-al-djaive, djel frè bén schoûter, mi, ni vs ebarassez nén. » Po nos espawter co davantaedje, i mancît les efants måmurvints delzî fé magnî do pan tot setch, del sope å papî, et des ôtès loignreyes ki dj’ a rovyî.

On bea djoû, mi tour vina; dj’ aveu fwai piede pacyince a m’ mame, ele mi hapa po l’ pougn, mi mina disk’ a l’ ouxh del måjhone di penitince, et m’ î voléve fé intrer foircémint. Mi k’ a todi stî on pô vireus, on pô tiesse di hoye, dji n’ vola nén roter on pas en avant; dji rezista conte deus ôtès femes ki m’ apougnît po les bresses et les djambes; dji m’ disfinda di mes pîs et d’ mes mwins come on ptit foûlêye, tot m’ kihinant come on djonne diale divins on saeyea d’ benoete aiwe : i fala ki l’ mwaisse abrocaxhe sor mi avou ene coriante oizire ki m’ fjha tourner deus troes feyes åtoû des rins. Ci cråne ranfôrt la finixha l’ trûlêye. On n’ såreut croere kéne foice d’ årgumint, kéne lokince i gn a dvins ene baguete di så ou d’ noejhî, sortot si elle est metowe en ouve par èn ome k’ a goirdjî on hûfion d’ trop ! … Dji moussa e l’ gayole tot tchoûlant et tot tronnant.

Come a ciste ådje la on s’ a bén rade conzôlé di beacôp di ptits accidints, dji continouwa d’ î aler tos les djoûs sins moti; dji n’ poléve pus må do fé di m’ tiesse, les côps d’ trike m’ avît advierti, et dji les sintéve co.

Dji m’ trova la avou cwénze ou saze pitits maçoukets come mi, båsheles et valets tos cmaxhîs eshonne : c’ esteut çou k’ on lome asteure ene sicole gårdyinne, k’ est portant beacôp mî reglêye. On-z î aprindéve on pô a lére, très pô a scrire, et on payive ene blanmuze (5) li moes.

Vocial ene pitite lisse des lives k’ on s’ siervéve alôrse po lére:

  1. 1° Li croejhete,
  2. 2° Li keur d’ amour (6),
  3. 3° Li live di comunion',
  4. 4° Li ptit catruceme,
  5. 5° Li grand catruceme,
  6. 6° Li live Djezus-Cri,
  7. 7° Li live micîf (7),
  8. 8° Les gazetes,
  9. 9° Les letes.

A on novea scolî, on lyi metéve dabôrd divins les mwins li croejhete, ki cmincive po l’ croes d’ par-Diew, afisse k’ i s’ segnaxhe divant do lére; et po-z esse pus abeye, nos djhîs simplumint, tot metant on doet so l’ front: pér....... soit-il; pu on loméve vint-set letes l’ ene après l’ ôte. Les deus prumires, c’ esteut l’ grand A et li ptit a. On les prononcéve come e francès, såf troes: li v si loméve vu (po nén dire ; li w si lijhéve doblu, et po l’ z on djhéve zetâ. Après l’ zetâ c’ esteut l’ etc, ki rprezintéve li condjonccion francesse et : l’ alfabete finixhéve par li mot est, k’ on spelixhéve é-s-t aiss. On dmanéve po l’ moens èn an la dsu !

Çou ki shuvéve l’ A-B-C, c’ esteut l’ Notru-pere, l’ Åvé-Maria, li Crois-en-Dieu le pere, les cmandmints d’ Diew et d’ l’ Eglijhe, pu les sillabes ba, bè, bî, bô, bu; ca, cè, cî, etc, imprimêyes so on foyou a pårt.

Ossu vite ki l’ poupåd parvinéve al prumire roye do notru-pere, i recoréve a dadaye e s’ måjhone po anoncî l’ boune novele; si mere, tote binåjhe, n’ aveut rén d’ pus håsté ki d’ aler dire a ses vijhenes: mi fi k’ est a n-o-note !! Ele lyi dnéve deus aidants po des ceréjhes, c’ esteut-st ene fiesse e manaedje, on magnive des pailêyes di boûketes.

On pô pus tård, si l’ efant aveut polou lére ou seulmint speli a dmeye bén li prumire pådje tote etire, novele djoye, novele fiesse; li mame aléve co tchawer tos costés: mi fi k’ a tourné l’ foyou !! Ci djoû la, on fjhéve co ene gasgogoye po l’ mazete.

Après l’ croejhete, vinéve li keur d’ amour, pitit live di nouv ou dijh pådjes, tot rimpli d’ l’ amour di Diu; i contnéve des påters, des akes di fwè, di contricion, et des ôtes.

Li live di comunion acsegnive çou ki faléve fé divant et après li cfession, divant et après l’ comunion.

Li ptit et l’ grand catruceme estît a pô près çou k’ i sont co ouy, ormis sacwantès kestions on pô trop enocinnes po on sieke di loumire come li nosse. On-z a bén fwait di les saetchî foû; elle ont stî replaeceyes pa des ôtes pus a poirtêye del djonnesse d’ asteure, k’ est bén pus sincieuse et pus malene ki nos n’ l’ estîs !

On trovéve divins l’ live Djezus-Cri li nexhance, li veye, li passion et l’ moirt di Nosse-Signeur.Tant k’ å live micîf, c’ esteut, sorlon mi, onk des pus utiles. Li cminçmint mostréve li manire do fé des letes, et principålmint des cisses di comiece; si gn aveut i des modeles imprimés avou des crabouyeusès letes (8). Li dierin tchapite comprindéve ene istwere abredjeye di nosse veye di Lidje (9).

Ene feye k’ on-z aveut passé l’ live micîf, on-z esteut dedja fir di çou k’ on saveut, paski on vs fjhéve lére les gazetes; on s’ pinséve des ptits omes; on-z esteut tot etait do poleur prononcî des nos d’ veye etrindjires d’ Almagne, di Holande, etc; come, par egzimpe, Altenkirchen, Lichtenstein, Ehrenbreisten, Bergottsom......; et on s’ dinéve li ton do gueri avou les grandès djins, çou kelzî displaijhive assez sovint.

C’ est pår cwand on-z esteut-st ås Letes k’ on fjhéve peter di s’ narene !

Beacôp d’ djins n’ såront nén çou ki dj’ vou dire avou çoula; vocial deus mots d’ esplicåcion.

Li ci k’ esteut capåbe do lére les papîscrîts, tél ki les vîs akes di pårlî, di drossårt, di grefî, di scrijheu, et djenerålmint totes les målès ecriteures di ç’ tins la, k’ estît télmint grabouyeyes k’ i les faléve adviner (10), on djhéve di ci-la: il est ås Letes, c’ est on xhiltant sudjet ! Il acweréve li tite di savant, et i n’ aléve nén pus lon, endè saveut ostant ki l’ Mwaisse, et télfeye pus, dijhéve-t on.

Po pårler des pûnicions, li pus doûce, c’ esteut d’ esse metou a djnos ene eure ou deus, et, shuvant l’ cas, i faléve tini les bresses e croes et les djnos so ene cawe di ramon. Cwand l’ Mwaisse si måvléve, il aveut on lådje platea d’ bwès k’ i tnéve pal cawe, si feréve-t i brutålmint avou sol tancea del mwin des pôves sicolîs. Ene ôte feye, c’ esteut-st on borea d’ rins di ramon, k’ i fjhéve sinti di totes ses foices so li rviesse-mwin do ptit målureus k’ aveut trop djåzé, ou k’ aveut vnou trop tård e scole: on bareteu, on djuråd, onk ki s’ aveut batou avå les voyes, end aveut so s’ cou tot nou, après lyi aveur disfwait s’ cou-d'-tchåsse ås ouys di tos les ôtes.

Mes lijheus, si dj’ end a, pinsront et dji pinsreu bén avou zels ki vola des racsegnmints assez so cisse boigne sicole la; di manire ki dji dvreu m’ bôrner a dire avou les latinisses: ab uno disce omnes. Portant, divant do pårler d’ on deujhinme etablixhmint, dji vou co, a tot risse d’ anoyî les ciski vôront lére mes galguizoûtes, rapoirter sacwantès pårticuliårités ki s’ passént divins l’ prumire, ki m’ a strindou èn an et dmeye.

1° Li viye Crustine (c’ esteut l’ feme do mwaisse) m’ aprinda par keur li dé-prô-fondiss e latén; et tchaeke feye k’ on sounéve ene transe, ou k’ i passéve èn etermint, ele nos fjhéve mete a djnos devôtmint, et mi dji recitéve li såme da David po les moirts et les morants.

2° Ele nos fjhéve co adjeni a l’ ouxh, cwand les corîs do Prince Honsbrouk anoncît l’ arivêye di leu mwaisse, et, tot passant, l’ Eveke-Soverin nos dnéve si benediccion.

3° Sint-Grigô esteut l’ patron di tos les mwaisse di scole; on-z aveut condjî ci djoû la (li doze di måss); tchaeke sicolî esteut moussî come li dimegne, et sovint i striméve ene nouve mousseure. I rçuvéve ene banire, c’ est a dire ene baguete gårneye di mocea avou des djingons dsu (11); on fjhéve ene espece di ptite porcession (12) e vinåve, pu nos alîs a messe al tchapele di Sint-z-Orémusse (13). K’ esteu dj’ hôtin, mi, avou m’ bea rodje cou-d'-tchåsse, mes vetès tchåsses et des rlujhantès bloukes di keuve so mes solés ! Après l’ ceremonreye li dame nos fjhéve boere li cafè tot magnant do panhea (14) : on s’ dote bén ki les peres et les meres payént tot çoula, et ki l’ profit n’ esteut nén d’ leu costé.

4° Li vî Stienon (c’ esteut l’ no do Mwaisse) fjhéve li bårbî; et s’ fi, dedja èn ome, tinéve li minme mestî ki s’ pere. Tos les deus, il ahessît leus candes e mitan d’ li scole, e nosse prezince, tot s’ divizant tot hôt di traze a catoize. So ç’ tins la, nos schoûtîs leus messaedjes, nos djouwîs; télfeye nos aprindîs nos luçons, et l’ pus sovint nos n’ aprindîs rén do monde, nos båyîs. Po xhorbi leu raezoe, i metît on drap d’ schiele so li spale del pratike; et si vite ki Crustine aporçuvéve onk di nozôtes k’ aveut l’ vizaedje maxhuré, ele hapéve ci sacri drapea la, k’ aveut siervou a fé co traze båbes, et nos frotéve li boke et l’ narene avou ! Dji fruzixh co, cwand dji sondje a ciste abominåbe clicote la !

5° Oute di çoula, si ome esteut sôdård di Lidje ou magneu d’ salåde (15). Lôrsk’ i rivnéve d’ aveur fwait s’ siervice, il aveut sovint houmé pus d’ ene sopene di peket; adon l’ pôve feme end aveut pezant, elle esteut batowe, et l’ sôlêye el fjhéve plorer a tchôdès låmes. Divins ç’ cas la,i nos faléve tini påjhûles; nos n’ oizîs shofler, sins cwè nos årîz rçut les contricôps: ces sinnes la fjhît sonner l’ cour ås vijhéns ki vnît schoûter ås ouxhs.

6° Anfin, nos avîs dvins nozôtes ene djonne sote di nexhance, ki s’ mere avoyive po s’ è dhaler. Sovint i lyi prindéve do fouke, ele potchive tot avå l’ plaece tot tchantant on baragwin ki personne ni comprindéve; et tot corant, ele leyive toumer dzor leye çou k’ elle aveut d’ trop e coir...... Dji vs lai la djudjî kén efet çoula dvéve fé ! Vos årîz dvou nos vey tertos apicî nos narenes, tot breyant: pufkene ! Kéne flaireur !...... On pondeu k’ åreut stî temoen end åreut motoit fwait on plaijhant tåvlea (16).


On m’ prinda foû d’ cisse crotêye sicole la po m’ fé intrer dvins ene pus hôte. Cisse cial estant plaeceye a l’ intrêye del veye, elle esteut pus considerêye. Ele passéve po l’ pus hipêye di ç’ tins la; on-z î aprindéve assez bén, li Mwaisse aveut ene bele mwin, et les Calvette, les Amiable, les Grenon n’ estît nén co cnoxhous (17). Il esteut foirt acalandé po fé des letes, des cwitances, des suplikes, et çoula gråtismint, tcharitåvmint. Par måleur i faléve sicrire so ses djnos, pusk’ on-z esteut-st ashious so des ptits tchinisses di bancs, k’ estît tot bas, et les djnos vos rmontît djusk’ å stoumak.

Après m’ aveur egzaminé, i m’ meta å live-micîf, et çoula m’ ecoraedja fameuzmint.

Tchaeke sicolî, tour a tour, cwitéve si plaece po aler rcoirder adlé lu; i vs schoûtéve ou i n’ vos schoûtéve nén, ca d’ tins in tins i s’ edoirméve; et i n’ si fåt nén merviyî d’ çoula, c’ est ene si rude et si anoyeuse bezogne ki d’ aprinde a lére a ene årmêye d’ efants !

Télfeye ossu, cwand on lijhéve trop biesmint, i vs foutéve ene tårtêye. Po des djurmints, po des baretes, i dnéve cåzu les minmès pûnicions k’ e l’ ôte sicole; mins çou k’ esteut pé, i vs fjhéve ridjonde les betchetes di vos doets po feri dsu avou l’ tiesse d’ on scriftôr di keuve d’ on pî lon: Ô ! çoula fjhéve on må d’ araedjî ! Di pus, li ci ki s’ åreut-st avizé do rsaetchî s’ mwin, atrapéve des bouxhe-al-gueuye, i vs el hapéve po ene pougnêye di tchveas, et l’ kischoyéve télmint ki l’ pôve efant end esteut tot bablou.I nos dictéve tos les djoûs foû do prumî live ki lyi touméve dizo l’ mwin; i coridjive nos fåtes sins dire pocwè, et sins dner nole esplicåcion so les dijh pårteyes do discours. Les mots sustantif, addjectif, viebe, analijhe, etc. estît do ebreu po nozôtes; nos pinsîs aveur trop pô d’ etindmint po les comprinde; i n’ estît al poirtêye, dijhîs ns, ki des crånès tiesses come les cisses di Lovén, k’ avît ene si teribe rinomêye !

So les cwate a cénk ans ki dj’ a stî dzo s’ patronaedje, on n’ m’ a måy fwait codjower on viebe; nos n’ savîs minme çou k’ les mots conjuguer et conjugaison volît dire. Mwaisse et scolîs pårlént ossu sovint l’ walon ki l’ francès: po l’ tréma, nos djhîs deus pikets sol î, et l’ accint circonfleke, nos l’ lomîs on ptit toetea.

Al sôrtijhe di cisse sicole la, tot çou k’ dji cnoxhéve del grammaire, c’ est k’ å pluriyal i fåt adjouter èn s ou èn x, et télfeye rén. Portant, dji wangnive todi l’ deujhinme plaece divins les compôzicions, li fi do Mwaisse estant tofer li prumî...... come di råjhon.

On s’ î ocupéve on pô d’ djeyografeye; dj’ aveu ritnou e m’ tiesse les capitåles di l’ Urope et sacwants ôtès veyes; mins dji n’ veya måy ni atlass ni cwåte djeyografike.

Di l’ aritmetike, on n’ è pårléve nén; li djoû ki dj’ cwita, dji n’ åreu polou fé ene acdicion; dji n’ saveu on pô conter k’ al longue croye (18); come mi pôve mere mi l’ aveut apris.

On payive on skelin (60 cintemes) li moes, et, al Tossint, on dnéve ene cahote di vint patårs, ene feye a fé, li mitan po l’ tchåfaedje.

Al fiesse do Mwaisse, on nos fjhéve dôsser volontairmint troes ou cwate patårs, et po çoula nos rçuvîs on mitchot å boure et ene imådje. Les cis k’ avît obtinou les meyeuses plaeces wangnît des priviledjes, k’ on lome ådjourdu des bons points; les pus avancis end avît 50, 100, 200, sorlon l’ cas, et ces chifes la estît markés padrî l’ imådje. Les priviledjes siervît a ratchter ene penitince. Si vs avîz merité ene volêye, ou bén d’ esse metou a djnos, d’ esse lohî a côps d’ vedje ou di scriftôr, vos prezintîz voste imådje, on vs rabatéve dijh, vint ou trinte ponts, et vs estîz såvé.

Tos les semdis, nos dnîs ns aidants po Notru-Dame; on-z esprindéve deusptitès tchandeles a costé di s’ potale, pu l’ Mwaisse ou s’ fi, k’ esteut dozrê a Sint-Bietmé, tchantéve les litaneyes di l’ Aviedje, et nos respondîs: ora pro nobis.

Çou k’ on-z aprindéve parfaitmint avou zels, c’ esteut les priyires et l’ catruceme. Divant do tni scole, li pere situdyive po s’ apriyester; i s’ apontyive minme a pårti po Rome; mins ene djonne lurete, k’ esteut dvins ses årdeurs come lu, seurit l’ adawyî, mågré k’ ele fouxhe rossete: nosse dimeye priyesse el sipoza.

Dji m’ ritira po fé m’ prumire comunion. Li vicåre di Sinte-Feu mi kestiona, m’ accepta, et m’ acoirda, po l’ grand djoû, li deujhinme plaece e keur. Li prumire aveut dedja stî destinêye å pus ritche, cwè k’ i fouxhe assez biesse; mins i meta on louwis d’ ôr tot djaene so l’ assiete di l’ ofrande (gn a d’ l’ esprit dvins on louwis d’ ôr !)...... Dj’ î meta on djaene ossu, mins d’ ene ôte espéce; c’ esteut ene carmagnole di shijh aidants avou l’ bounet d’ liberté dsu (un décime): les deus pîces si loukît tot ewaerêyes di s’ trover l’ ene adlé l’ ôte.

On n’ ndè voléve nén portant ås priyesses cwand il agrawyît des ptits abondroets come çoula; å contraire, on les plindéve co. A ciste epoke la, il estît si måtraitîs par les possedés ki goviernît l’ payis, on lzî fjhéve passer des si laids moumints, ki, s’ il atrapît, ca feyes, ca d’ ôtes, on sfwait tour di baston, on n’ lezî meskeyéve nén.


Après aveur rimpli cisse sinte obligåcion la, dj’ ala avou onk di mes frés prinde des luçons d’ aritmetike, a deus patårs (12 cintemes) par catchet po nos deus; c’ esteut-st amon on pôve clawtî del tchåsseye di Sint-Linåd, k’ aveut, mågré çoula, ene fameuse vôgue. Les djins djhît k’ on l’ vinéve houkî dal Måjhone-del-Veye, totes les feyes k’ i gn aveut ene kimelêye håsplêye divins les contes do Rciveu. Li bon ome paréve nos penes avou on vî raezoe tot schårdé et tot-z eruni; et d’ tins in tins i s’ interompéve po braire so s’ feme ki ramtéve avou ses vijhenes: « Taijhe tu, djhéve-t i, gueuyåde di m’ ci, tchawåde di m’ la ! nos n’ polans rén fé, cåze di ti ! »

Po côper court, nos aprindîs les cwate prumirès régues machinålmint,come des parokets, les råjhonmints estît incnoxhous. Nos avîz edåmé les fraccions, mins come i n’ saveut l’ manire do carculer l’ denôminateur comun, k’ i faléve cweri di s’ tiesse tot s’ mågriyant, nos trovîs çoula trop målåjhey, et nos pierdîs l’ gosse.

Téls estît les scoles e tins d’ nos grand peres et d’ nos tåyes !

K’ on prinjhe les poennes di les comparer avou les cisses d’ asteure: ouy, les efants plorèt po k’ on les laixhe aler e scole; et di m’ tins on tchoûléve po nén î aler ! I faléve deus ans po saveur lére on pô coranmint; ouy, èn efant d’ shijh ans, å bout d’ troes ou cwate moes, lét les gazetes et scrît des belès pådjes ! N’ a-t on nén droet di s’ merviyî k’ i gn åye co des djins ki djemixhèt po raveur li bon vî tins ?

Come çoula n’ poléve todi durer, l’ acsegnmint divna finålmint metôdike, et l’ prumî ki s’ î fjha rmarker, ci fourit on certin Wilmart, ki djusk’ adon aveut vicoté d’ ene pitite taviene k’ i tnéve a Cronmouze; et, come si l’ Bondiu l’ inspiraxhe, di cåbartî i s’ fjha mwaisse di scole, et i reyussixha; i s’ î prinda si bén k’ il atira tos ls efants do viyaedje, et so pô d’ tins il eurit pus d’ cint scolîs. Cwè k’ i soeye e waxhea dispoy lontins, dji so binåjhe et dji m’ fwai on dvwer do saizi l’ ocåzion d’ onorer s’ memwere, tot fjhant rsovni d’ lu a mes vî camaerådes di Hesta, ki m’ è såront bon gré, dj’ endè so seur, pask’ i savèt come mi li grand bén k’ il a fwait al djonnesse; ca, divant lu, on grand nombe di djonnès djins, valets et båsheles, ont crexhou, s’ ont maryî et ont morou sins saveur ni lére ni scrire. I m’ a fwait del poenne d’ aprinde ki nouk di ses fis ni d’ ses feyes ni continouwéve l’ ovraedje di leu pere.


Vo m’ la arivé so l’ soû d’ l’ anêye 1796. Li govienmint francès etablixha des scoles cintråles, ki n’ estît co waire organizêyes so on si bon pî ki les Atenêyes et les Coledjes d’ ådjourdu; mins, mågré leus difåts, elle ont fôrmé on tropea d’ omes di tiesse k’ ont fwait pårler d’ zels tot fjhant oneur a nosse payis.

Pô d’ anêyes après, l’ impreur Napoleyon prumî les meta djus, et les Licêyes prindît leu plaece......Dji m’ arestêye cial et dji lai l’ afwaire å raeze po fé ene bounete a Matî (19). Il est inûtile ki dj’ è deye davantaedje so ci tins la, beacôp d’ sorvicants endè savèt ostant et pus ki mi so les teribes evenmints ki s’ î ont passé. Dji les preye seulmint do radjouter çou k’ dj’ åreu rovyî, et dji les rmercixhe d’ avance (20).




NOTES.


(1) On a prétendu que le mot Coronmeuse signifiait courant de la Meuse, qualification qui pourrait convenir également à tous les points du cours de cette rivière ; les bateliers hollandais en donnent une étymologie plus rationnelle, à mon avis ; ils le font dériver du flamand Krom, bossu, courbé, coudé, et de Maas, Meuse ; et, en effet, antérieurement à la construction du canal latéral, la Meuse fesait en cet endroit un coude considérable.

(2) La maison qui a abrité mon berceau existe encore aujourd’hui à peu près dans le même état : c’est une des plus humbles habitations du quartier, et le seul toit de chaume qui y figure encore. Bien qu’elle fût pourvue d’une arrière-cour avec un autre petit bâtiment servant de buanderie, et d’environ 250 mètres carrés de jardin, mes parents n’en payaient que 10 patacons (47 francs) de loyer annuel ; et en 1790, ils l’abandonnèrent, parce que le propriétaire en avait élevé le prix de 10 à 15 patacons (70 fr. 50). Elle se loue aujourd’hui au moins 300 francs.

(3) Je n’ai qu’un souvenir confus de ce grand événement ; je me rappelle seulement d’avoir remarqué beaucoup d’agitation, d’avoir entendu du bruit, des vociférations, des menaces. Il me semble voir encore un tonnelier, sa doloire à la main, se disposant à enfoncer la porte d’un avocat ; des mères éplorées venaient retirer leurs enfants de l’école, etc., etc.

(4) Aux Bayards, ancien hôpital de fous, qui était situé dans la rue qui en porte aujourd’hui le nom. Voyez les Promenades du docteur Bovy, tome 1, page 27.

(5) Ancienne pièce d’argent depuis longtemps tombée dans l’oubli ; elle valait 5 sous de Liége (30 centimes).

(6) Le titre français était : Petit accord d’amour.

(7) Titre français : Lettres missives.

(8) Caractères gothiques qui étaient assez difficiles à lire.

(9) Cet abrégé commençait ainsi : « Saint-Monulphe allant un jour consacrer une église à Dinant, aperçut en chemin une croix toute brillante de lumière, qui tombait sur un petit village ; et ayant appris que ce village se nommait Liége, il prédit qu’il deviendrait une ville considérable. » Voyez aussi les œuvres de Bovy, tome 2, page 18.

(10) L’art de les déchiffrer se nomme aujourd’hui Paléographie.

(11) Oripeau, clinquant.

(12) Très-anciennement, on disait partèchon, et ce mot est encore en usage dans des localités excentriques.

(13) Le mot Oremus est une corruption du latin Erasmus (Erasme), en wallon, Råss et Råskin. On remarquait dans cette chapelle un tableau représentant le martyre de Sᵗ-Erasme, lequel consistait en un treuil tourné par ses bourreaux ; sur ce treuil s’enroulait les intestins de la victime, couchée par terre les mains liées au dos. Les pauvres mères y déposaient d’ordinaire des bandelettes de toile (bindes di botroûle) en guise d’offrande, pour invoquer l’intervention du saint en faveur de leurs enfants atteints de coliques ou d’autres maux analogues. Mes parents étaient gardiens des clés, et en rémunération de ce que j’y servais la messe tous les jours, ils étaient autorisés à s’emparer de ces ligatures, qui étaient ensuite livrées gratis aux habitants du lieu, pour le pansement d’une plaie, la pratique d’une saignée, etc. Aujourd’hui cette chapelle, avantageusement remplacée par la nouvelle église de Sᵗ-Lambert, a cessé d’être livrée au culte ; elle fait partie intégrante de la belle propriété de M. Masset, bourgmestre d’Herstal. Il paraît que le tableau dont je viens de faire mention a péri de vétusté.

(14) Petite miche de deux liards (3 centimes).

(15) Soldats des anciens princes de Liege. Voyez Bovy, tome 3, page 3.

(16) Tout ce détail est puéril, lecteur bénévole, je l’avoue. Cependant il n’a rien d’exagéré ; il pouvait encore, il y a peu de jours, vous être confirmé par une dame contemporaine qui figurait avec moi dans cette gothique et bizarre institution. Quoique plus âgée que moi de deux ans, elle avait encore bon pied, bon œil ; et, à l’occasion, elle se plaisait à m’entretenir de cette circonstance de notre vie. J’ai lieu de croire que naguère vous vous êtes régalé plus d’une fois chez elle de l’agaçante pomme de terre grillée, que vous arrosiez d’un vieux flacon de chambertin… (Au moment où j’écrivais ces lignes, un fatal avis bordé de noir m’annonce qu’elle venait de payer son tribut à la nature).

(17) Calligraphes renommés il y a quelque trente ans.

(18) Calcul en chiffres romains rassemblés d’une manière arbitraire ; un liard y était désigné par un O, deux liards ou un demi-patar par un trait —.

(19) Cette locution proverbiale peut se traduire par celle-ci : pour en faire des choux ou des raves.

(20) En finissant, je ne puis me refuser la satisfaction de consigner ici, autant que ma mémoire me le permet, les noms de ceux de mes condisciples de l’École centrale, qui se sont fait un nom dans la magistrature, dans l’armée, dans les arts, les sciences, les lettres, etc.

  1. *Bayet (Pierre-Joseph), dessinateur au cadastre.
  2. *Bayet (Thomas), inspecteur du cadastre.
  3. Bayet (Henri), dessinateur, contrôleur à Namur.
  4. *Bertho, agronome.
  5. *Bouhtai, officier, frère du général.
  6. *Brixhe, avocat-général.
  7. Brixhe, général.
  8. *Brodel, officier.
  9. *Chèvremont, ingénieur en chef des mines.
  10. *Closon, docteur en médecine.
  11. *Dandrimont, avocat-général.
  12. De Behr, premier président de la Cour d’appel.
  13. *Demany, secrétaire communal.
  14. *De Montaigne (Jacques), dessinateur et agronome.
  15. *Donéa, dit Donnay, ing.-vérificateur du cadastre.
  16. *Doutreuwe, artilleur.
  17. *Dumont (Jean-Baptiste), géomètre-arpenteur.
  18. *Dumont (Barthélemi), géomètre-arpenteur.
  19. Dumont, notaire.
  20. Favechamps, ingénieur-mécanicien.
  21. *Galhausen (Simon), statuaire.
  22. Groulard, père, conducteur des ponts et chaussées.
  23. *Halkin, ingénieur des ponts et chaussées.
  24. *Hanay, géomètre au cadastre.
  25. *Henri, colonel.
  26. *Hoka, arpenteur.
  27. *Jacques, professeur au Collége communal.
  28. *Keppenne, avoué.
  29. *Keppenne, notaire.
  30. *Keppenne, géomètre au cadastre.
  31. *Lambinon-Duchâteau, échevin.
  32. *Leclerre, insp. des cont. en France.
  33. *Leduc, géomètre-arpenteur.
  34. *Lefebvre (Laurent), peintre.
  35. Lonhienne, sénateur.
  36. *Marie, officier.
  37. *Olivier (Gilles), arpenteur.
  38. *Perot, capitaine dans la garde royale.
  39. Poswick, greffier de la Cour d’appel.
  40. Raikem, procureur-général.
  41. Raikem, professeur émérite.
  42. Raikem, pharmacien.
  43. *Ramoux, ancien bourgmestre de Jemeppe.
  44. *Renard-Chefneux, professeur à l’Académie de peinture.
  45. *Ruthiel, statuaire (ancien berger).
  46. Teichman, gouverneur de la province d’Anvers.
  47. *Verninck, avoué.
  48. *Waltéry (trois frères), industriels.


Le signe * indique les ravages de la mort.

H. FORIR.

Lua error: expandTemplate: template "Page:H. Forir - Notul so lè bazè skol dè vî tin, 1862 (in BSLLW t.4 p.66-78).djvu/rif/14" does not exist.