Tour à tour

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
Tour à tour
[ 59 ]
Tour à tour.

L’histoire qui ji vas v’dire est, j’è respond, bin veie,
L’affaire s’a d’vou passer n’ia pus d’on siéke et dmeie.
C’esteut dè timp dè Prince, nin l’prince Èvèque Markâ,
C’ess t’onk des cix qu’ont sû, ji v’diret s’no s’i fâ,
Ji l’a déjà qwèrou mais sins l’trover, veyez-ve.
Li judi d’chaque samainne, on gros chènône alléve
A Maestreke. Poquoi fer ? Veyans n’gotte… çou qui j’sé,
C’est qu’allant ou rivnant i passéve à Visé.
C’est meîmme en passant là qu’i s’aveut dit tot nette
Ji m’règaleret s’ton joû chal avou n’bèguinette.
Comme i fou promettou
Tot pareie i fou tnou.
Il esteut dvant Visé, qwand n’faim à toumer flâwe
Li prind. Volà l’moumint, diss-t-i, dè goster d’ l’âwe
Et, hairî par si mâdeie faim,
Veyant n’hôtél i mousse divin.
Deux officî à l’air caniesse
Intrît à meîmme timps qui l’priesse.
— Qu’on m’chève ine dimaie âwe, dit cichal. Les sôdâr
Dhet zell qu’is s’continteront avou chesqueune on qwârt.
L’dame del mohonne pinsant s’mostrer bin amistâve,
Chève ses treus pratique à l’meîmme tâve.
I n’iaveut nin d’quoi timpester.
On dit les bènèdicité ;
Puis l’chènône prind coutai, forchette,
Il a l’tour, i n’est nin manchette
Po k’tèï n’âwe ; mais n’officî
Li dit : — Halte, divant dè k’mincî

[ 60 ]

Ji v’prévins qu’nos avans è l’tiesse
Di v’fer tot çou qu’vos frez st’al biesse.
L’chènône tronne les balzins, i les rlouque tot les deux ;
Is n’ont nin l’air dè rire, is sont qu’arrège sérieux.
Il a l’pawe, mais s’pawe passe et vla qu’i reie è s’bâbe.
— Mècheu les officî, diss-t-i, sèchîz voss sâbe.
So çoula veyant qu’l’âwe a l’tiesse tournaie d’ver lu,
I r’toune li plat d’on côp, tot ratemint et sins bru.
I louque li bèginette, elle est grosse, elle est crâsse,
A d’fou tot comme â dvins, elle est rimpleie di sâce.
I chouque on deugt è trô po wiss qui les oû vnet,
Puis rallèche ci deugt là… Les officî s’lèvet.
C’est don battou qu’is qwittet l’plèce,
Mais l’chènône les i dit tôt court :
— V’rouvîz, mècheu, qu’ c’ess t’à voss tour.
D’mandez s’is s’ont dvou louquî biesse.