So les invenchons dè siéke

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
So les invenchons dè siéke
[ 109 ]
CONFÈRINCE
SO LES INVENCHONS DÈ SIÉKE.

(Li confèrinci dit les deux prumîs vers en pronanciant comme s’i jâséve latin.)

Li ci ka lé vout lér — comme — vout beur qui a bu.
Puss — enn nè sé ti l’homme puss — kwîr-ti à sépu.

(Ine poise.)


Ni m’âriz-ve nin compris ? Nenni ? J’enn a l’ideie,
Po l’pus sur ji vas don vis el dire èco n’ feie :
Li ci qu’a lé vout lére, comme vout beure qui a bu,
Puss è nnè sé-t-i l’homme puss qwire-t-i à sèpu.
Bin s’espliquer, v’ savez, fait todi bin s’ètinde,
Et ji tnéve comme di jusse à m’ poleur fer comprinde.
Du resse ni d’hant qui l’ vraie on l’ pout bin rèpèter :
L’ ci qu’ prind gosse à studî ni sâreut s’arrester.
Mais à tofér apprinde, qui n’ sét-i nin houie l’homme ?
I knohe li fond del mér et l’ haut dé cir tot comme
S’il y aveut pris s’ gîse. On invente divins tot.
C’est justumint là d’sus qui j’ compte vis dire quéque mot.

[ 110 ]

J’ voreu portant n’nin v’ mette â coron d’ voss patiince,
J’a n’escuse et volchal : c’est m’ prumire confèrince.

(I beut on côp d’aiwe.)


On comprind, on sé tot, qu’ n’a-t-on nin inventé ?
L’ gènie di l’homme, s’a fait rissinti d’ tot costé ;
Ci n’est don nin brâhler qwand c’est qu’on vint nos dire
Qui noss siéke est bin l’ siéke di progrès et d’ loumire.
Louquiz tot âtou d’ vos, ci n’est qu’ des invenchons,
Des lavasse di d’ coviette toumant st’à profugeon ;
Mais, assez d’èclameur, arrivans âx eximpe.

(Ine pitite poise.)


Vlà cinquante ans, v’ lèvant, on s’ lèvéve alôrss timpe,
Voss prumîre des bèsogne esteut dè fer dè feu.
Ni polant mî, vos d’vîz dèjà v’ dire aoureux
Di v’ poleure ahessî avou n’espéce di coffe
Qui poirtéve, si j’ tins bin, li no d’ lâze à l’ sitoffe.
Vos battîz reud l’ briquet pos esprinde l’amadou,
Ji vou dire li boleu, puis vos v’ chouquîz l’âme fou
De coirp, à tot sofflant pos aloumer l’ brocale,
Qui sovint s’ distindéve divins vos mains ; li diale
S’en n’è meléve, portant vos dvîz bin ricmincî
Li bèsogne qui d’on côp v’ n’avîz nin agercî.
Par mâlheur, li brocale, qu’esteut èpufkinaie,
En s’distindant vis féve avaler ine hinnaie
A fer stierni on chvâ, on bouf, ine élèphant.
Houie, fer feu, fer loumire, c’ n’est pus qu’on jeu d’èfant.
Vos v’ lèvez, i fait spet, i fait nute, on n’ veut gotte,
Vite on prind n’aloumette et tot s’hâstant on l’ frotte
So l’ meur ou so l’ planchi, ou so tot çou qu’on vout,
Et crac, l’aloumette broule, à voss volté, v’ fez l’ joû.

[ 111 ]

I n’iat nin à l’ noï, li brocale phosphorique
Ess t’ine râre discoviette, et dire qu’on v’ s’el critique,
Pace qu’elle a d’jà chervou à fer n’ sôre di bouïon,
On moitrou, qui v’ pout fer distinde comme on lâpion,
Sins quéque feie vis dner l’ timp dè dire ine seule parole ;
Tot a s’ mâva costé ; louquiz-me on pau l’ pètrole…
Nos è rjâserans.

(I beut on côp.)


Li joû qui l’homme sècha pârti
D’ wapeur et d’ mécanique, tot fou fait, tot fou dit ;
Li chemin d’ fiér agins’né, divins l’ monde prinda s’couse,
Sins voil, sins chvâ, l’batai r’monta l’ corant del Mouse.
On n’ava pus mèsâhe dè ratinde bihe ou vint
Po fer tourner les éles di nos pus gros molin.
On forgea des machene po laver comme po stoide,
Des ciss po fer dè fi, des ciss po fer del coide ;
C’ess t’à l’machene qu’on foë, qu’on sème, qu’on batte è l’heur,
Qu’on d’hint sins nou dangî, comme on rmonte fou dé beur ;
C’ess t’à l’ machene qu’on tehe, qu’on keuse et qu’on tricotte,
Qu’on fabrique les mousmints, les chapai, les calotte ;
C’ess t’à l’ machene qu’on fait les fisique, les canon,
Et qu’ bin vite on vôtret à tote nos élecchon ;
C’ess t’â l’ machene qu’on fait les boule et les buzette,
Qu’on imprimaie, qu’on ploë, qu’on bindlaie les gazette ;
C’ess t’a l’ machene èco qu’on ècrâhe les polet
Et qu’ divnet si bômels qu’i l’ zy vint des molet.

(I s’risowe li front.)


L’ progrès va todi s’ train, commi li savetî qui renne ;
Astheure on rmette des dints, des ouie et des narenne,
Des chvets, des bresse, des jambe, on rmette tot çou qu’on vou,

[ 112 ]

Et l’pus bai c’est qu’ tot va s’ pout-i dire comme pondou.[1]
E l’osté comme â pleint d’ l’hiviér, on fait del glece,
Quoiqu’on nn’âie pus mèsâhe po patiner, el plece
Dè rider, l’ patin rôle et sovint l’ patineu
Rôle avou et s’ sipeie on mimbe si c’ nest nin deu.
N’s avans n’ingin qui comme li patin à rôlette
Chève à casser les jambe, c’est li vélocipette ;
I chève ossi d’on spot à prover l’ vèrité :
Cavaï so n’ekneie nâhihe comme dè roter.

(Ine poise, i beut.)


On rôle, mais on rotte pus, çouchal c’ess t’à v’ confonde :
So mons d’ quatrèvingt joû, on pou fer l’ tour dè monde…
A l’ comèdeie. Mathî Laensberg s’ trompéve sovint,
I d’héve té joû solo, qwand c’ n’esteut qu’ plaive et vint.
Nos avans mî qu’ Mathî et tote ses ârmonaque,
Et nos d’nans l’ préfèrince, so ses clapantès blaque,
A l’ fleur barométrique qui n’ si trompe mâie tot dhant
Avou précigeon l’ timps qu’il a fait l’ joû di dvant.

(I tosse.)


Po miner les ballons, çoula s’ fait dvins les réke :
Vos nn’allez so Nameur, v’s arrivez st’à Maestréque.
Mais bin vite is n’âront pus ci ptit mèhin là,
Pusqu’on va l’zy scrâwer à chesqueunne on vierna.
 

(Ine poise.)


[ 113 ]

Avez-ve âx an’tipotte ine sôrt ou l’aute à dire ?
Corez â télègraphe so n’ sègonde on l’ va scrire ;
On v’ chève â pus habeie, tot s’y fait so l’ moumint,
Et vos avez l’ response divant li leddimain.
Avou li télêphone, çouchal est sins pareie,
D’à pus d’ cint meie heure long, on v’ jâseret à l’oreie.
Vochal co n’aute ingin, i v’ rascôe on discours
Comme on lohai d’ ficelle, qu’i seuie long ou qu’ seuie court.
On a perfecchonné à té pont l’ télescope
Qu’il a gâgnî n’ foice houie di meie et meie feie dope ;
En s’è chervant, on d’couve des steule quâsi chaque joû ;
D’chal on pout veie el leune s’i fait bai ou s’i ploût.
Enfin sins qu’on y songe, on veut, c’est co pus drole,
Sôrti des invenchons fou d’ térre, louquiz l’ pètrole.
Ciss t’ôle qui v’s aveuglaie à foice di v’ fer veie clér,
Qu’a distrôné l’ crâsse ole, li gâz, li sèwe et l’cér ;
Mais si rèputâchon sèret vite dipassaie,
N’a-t-on nin trové mî, dispôe quéquès annaie ?
On âreut meîmme polou dire po çou qu’est d’ clârté.
Qui rin n’apprèpret mâie di l’électricité.
Lacher n’ sifaite ç’âreut stu d’viser à l’avire,
L’ dierrain mot des progrès vos l’ôrez bin vite dire :
Pus d’électricité, çouchal iret d’zeu tot :
On jâse dè waswâder li loumire dè solo !
Et d’el mette en conserve comme on fait des sardenne !
Qu’on deie co qu’ l’homme ni veut nin pus long qui s’narenne !
Avou ç’waswâdège là, mâie li nute ni vairet,
Mâie dè mons, c’ess t’à dire qui qwand on nel voret.

(I beut.)


On arrainge des portraits qui sont à l’ prumire feie
N’ si pout pus ravisants avou l’ photographeie.

[ 114 ]

Les portraits faits ainsi vis sont si bin d’adreu,
Qui v’ dirîz qu’on a pris li gint fou d’on mureu.

(I grete si front.)


Avou l’ cloque à plonquêt, on s’ pormonne è fond d’ laiwe,
Et l’ plonkeut v’nant à joû ni pinséz nin qu’i s’ saiwe,
Il est sèche comme li pour.

(I caresse si minton.)


Sins troque on fait dè vin,
Comme sins houbion, del bire et dè pèquet sins grain.
On margoulaie so tot et z’el fait-on timpesse,
Il avisse qu’on n’ qwire pus qu’à nos fer intrer l’ pesse
È coirp. Les marchotais tot comme les gros marchant,
E rôlet so peu d’ôr, alléze veie leu ridan.

(I r’tape ses chvet è nn’èri.)


On donne les pus hauts prix po des tasse kifindowe,
Des hârdaiès assiette et des pailette sins cowe ;
Po des ktapés ârmâ, tot vîs, tot viermoïeux,
C’ess t’ainsi qu’on les r’qwire, c’est cesla les mèieux.
C’est des antiquité, diss-t-on, mais à qui l’ fâte
S’on n’a pus dè gosse qui po l’s’ affaire à brébâte ?
Alôrss pusqu’i c’est l’ môde, vive les boquets d’ tavlai
Les vîx coffe, les vîx meube, enfin les vîx hervai.

(I beut.)


Li pour estant knohou, po n’ nin dmani st’à drî,
I falléve à l’habeie trover quéqu’ saquoi d’mî :
Ine saquoi d’ mî ! dihans ine saquoi d’ pé, pus vite.
On nn’è trova plugeur dè genre del dynamite.

[ 115 ]

Chergi avou c’ pour là, l’ pus simpe pitit cantia,
V’ mettreut à raze di térre l’ croupet d’Himalaya.
I n’iat co chal portant n’ saquoi qui n’m’ahâie nin,
On s’è chève po fer l’ guére et po distruire les gins ;
On n’è fait des torpille, ciss machène infernâle,
Qui v’ s’èvôe co pus haut qui l’ paradis, sins hâle.
En l’ fant craquer, meie homme sont st’ ahessîs d’on côp,
Sins compter qu’ po l’ rawette, on distrût on vaisseau.
Mais qu’ n’a-t-on nin trové po fer pèri l’ s’ârmeie,
On n’ l’a qui trop vèïou les dierrainnès annaie :
En li fant fer merveie i n’iat st’ on gros canon
Qui v’s èvôe ine obus à cinq ou sih heure long ;
Des fisique qui tiret cinquante côp à l’munute,
Des mitraïeuse qui fet ine bèsogne co pus rute,
Po touwer les sodâr, distrure des ènocint !

(Ine pitite poise.)


Il est vraie qu’on n’ fait pus mori les assasins,
Si c’ n’est dvins les pays wiss qu’on est trop sâvage
Po comprinde qui c’est là n’ cruauté d’ine aute age.
Mais tot l’monde y vairet, convenans qui c’ess t’ hureux
Qu’on âie enfin pitié di tot les pauve moudreux.
Grâce et louange à Diu !

(I hemlaie.)


A Diu, j’a dit n’ biestreie,
Tot les qwârt di savant vont nn’è fer des moquereie.
Nouk di zell ni moisse pu s’agènni d’vant l’ bon Diu,
Ca tot les aute dè côp s’ mettrit à rire di lu.
Jâsez d’ feumme di thèâte, âh ! chal, i n’ia nolle crainte,
On pout divant ceslale si taper à plat vinte ;
N’est-ce nin zelle qui sont tot, c’est les gint… comme i fâ ;
Po herchî leu caroge, on nn’è distelle les chvâ !!!

[ 116 ]

Ossu les pâie-t-on mî qui les pus grands minisse,
Qu’elle seïsse feumme d’adreut ou les pus francs chinisse.

(Ine poise, i beut on côp.)


Qui ci seuie po nn’è rire ou qui c’ seuie autrumint,
I fât qui j’ jâse di tot ; c’ côp chal bin sérieusemint.
Ji fais n’ grande chapurnaie[2] â chive d’ouve des chive d’ouve,
Les immortéls principe di l’an quatrè-vingt nouve.

(I fait sègne d’applaudi.)


N’ia des congrès po l’ pâie à perpètuité
Et des cix po fer l’ guére avou — d’ l’humânité ;
Des congrès d’ maisse di scole po fer stinde les vacance,
Leï ouve qwand fait chaud dvins l’intèrêt d’ l’èfance.
D’vins l’intèrêt d’ l’èfance, allez is n’ sont nin sot,
C’esst’ avou des s’ faits conte, qu’on freut rire on michot.
N’ia des congrès d’ médecin et meîmme d’apothicâre,
I n’iet n’a d’ tote les sôre, mais dvins l’ masse les pus râre,
C’est les congrès d’ ovris, wiss qu’à foice on prétind
Qui tot çou qu’ont les maisse nè l’ zy appartint nin.
On y accègne ossu qui tot s’mettant al gréve,
L’ovri pout, qwand el vout, fer n’ porminâde el dréve ;
Seulmint on deut rgretter qu’à çouchal les consieu,
Qu’ savet si bin consî, n’ seïesse nin les païeu.

(I s’ rissowe li front et i beut on côp d’aiwe,
après l’avu mahi po fer fonde li souke.
)


Comme on âret qwérou, qui n’a-t-on nin dvou lére
Po savu kimint qu’ l’homme est arrivé so l’ tére ?

[ 117 ]

On l’ sét houie, qu’on n’ vinss pu jâser d’Ève et d’Adam
Et prétinde qui c’est d’ zells qui turtot nos d’hiendans ;
On a trové l’ cwacwa, Darwin et tote si clique,
Après s’avu chervou des mèieu d’ leu bèrique,
Ont dit et rèpèté, comme houie on v’ z’el dit co,
Qui l’homme, l’homme tot fî dreut, dihiend dè mârtico.
Ine aute branche di savant soutnet, chesqueune si gosse,
Qu’on pout co mi prétinde qui nos provnans des mosse.
Vérificâchon faite, i fourit riknohou
Qu’ les deux sôre di savant n’avît nin mâ vèiou.
Mais qui po fer v’ni l’homme comme is l’avît el tiesse,
I falléve po kmincî fer cover les deux biesse.
Li prouve enn’ a stu dnaie comme on m’ l’a raconté,
Avou plaisir j’el rind po çou qui m’a costé.
Donc po fer l’expérïince, on chusiha n’ belle mosse,
Et d’on jônne mârtico, on li fa prinde li gosse.
Si vite qu’is s’ètindit, qui l’amour fou st’â jeu,
L’affaire alla qu’arrège ; â bout d’ treus ou qwate meu,
Il arriva n’niaie di crapaut et d’ crapaute,
Ine sôre di drole di gint qu’ tirît st’après nos aute.
En fant croiser les jonne, pauk après arrivît,
Des gint qui nos valît s’is n’valît nin co mî ;
Par mâlheur, fâ-t-i dire, et c’est çou qui m’ tracasse,
Di ces deux rarès biesse, on a stu piede li race.
Kimint volez-ve fer creure à çou qu’ vos racontez,
Qwand vos n’ polez dner l’ prouve qui c’est bin l’ vèrité ?
I n’iat pus qu’on moyen, c’est dè préchî l’ patïince,
Tot rattindant qu’on pôe rinovler l’expérïince.

(I beut deux côp d’aiwe.)


Trover d’wiss qui l’homme vint, tot l’ monde è convairet,
C’esteut mette â grand joû li pus randahe des scret.

[ 118 ]

On alla co pus long, c’est vormint manifique
Tot çou qu’ nos a st’appris l’ savant préhistorique.
C’ess t’ine scïince à pârt qui traite dè pus vi timps,
Meie siéke divant qu’Adam n’avah ses prumîs dints.
Ces savant là, veyez-ve, avou leu nihe, leu nahe,
Vis dhet çou qu’esteut l’ monde divant qu’i n’existahe ;
So des millions d’annaie, kimint qu’ l’a stu forgî
Et so n’ossi longue choque, comme il a dvou cangî.
Onk di ces macrais là, on bon préhistorique,
S’i d’ couve divins on trô ine simpe pire di fisique,
I v’ dit çou qu’i n’iaveut wiss qu’il a pris s’caiewai :
Chal, c’esteut ine grande veie, cou qu’i n’iaveut d’ pus bai ;
Vola pus d’ cint meie ans qu’elle n’est pus, tote rouveie
Qu’elle est dispôe adon, i v’dit comme esteut l’ veie ;
Kibin qu’ n’iaveut d’ mohonne, kibin qu’ n’iaveut d’ molin,
Çou qu’on y fabriquéve ou qu’on n’ fabriquéve nin.
I veut et pout v’s apprinde tot en rlouquant so s’pire,
51 les bresseu d’alôrss savît fer del bonne bire,
Si les homme avît l’ gosse dè beure baicôp d’ pèquet
Et si les feumme caquetî en prindant leu cafè.
I v’ dit kmint qu’ les médcins rwèrihit leu malâde,
Kibin d’ feie les sodârs dvît aller à l’ parâde ;
S’is marquît leus annaie di chervice âx chivron
Et si les cavaïrs avît des esporon.
En qwèrant co, l’ savant vis diret tot d’ine pece,
A quél heure li dimègne, on dhéve li dierrainne messe.

(I beut.)


S’il a l’ bonheur è s’trô dè trover ine ohai,
D’on côp i v’ s’el riknohe, et ci n’est nin mons bai :
Ciss t’ohai chal a stu, c’ess t’ainsi qu’i v’ z’el conte,
L’ vannai d’ine chawe-sori ou l’ patte d’on mastodonte.

(Ine poise, i beut n’ gourgette.)


[ 119 ]

J’a wârdé po fini li pus râre des râreté :
C’est çou qu’i s’ lomme à Lîge li bêcheie dè curé.
Nos fossî ont trové li merveie des merveie…
Qu’est-ce qui c’est ? C’est des pire ! des pire qui prindet veie !
Is ont dné à çoula li no d’ génèrâchon
Spontanaie et v’s avez di là l’esplicâchon
Di tot çou qu’a stu fait, di tot çou qu’exiss houie ;
Et n’alléze nin pinser qu’on v’ hére li deugt è l’ouie,
Ca l’ darwinisse a juss trové s’ raison là dvins :
Avou l’ pire qui dvint biesse et l’ biesse qui toûne à gint,
Nos avans po grand pére on martico, ma fricque !…
Noss prumî rataïon c’esteut… ine pire ou n’ brique !!
Li prouve qui c’est bin vraie çou qui l’ savant nos dit,
C’est qui jamâie personne n’a polou rin d’mintî.
Houïe, les préhistorique fôrmet st’ ine confrêreie ;
Is nn’è d’ couvront bin d’aute !!! Ni fâ-t-i nin qu’on reie ?

(Si on applaudihe, i fait n’grande révèrince en n’allant,
si on n’applaudihe nin, i s’rissèche tot mâva.
)


  1. Aller comme pondou, aller parfaitement, admirablement. Cette locution s’applique à tout sans aucune espèce d’allusion à la peinture.
  2. Fer n’chapurnaie, saluer du chapeau.