S’on aveut sopé

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Les crostillons  (1889)  by Joseph Kinable
S’on aveut sopé
[ 53 ]
S’on aveut sopé.

Mathias vint dè sposer Mareie
Et vos savez l’ joû qu’on s’ mareie
On fait st’on ptit voyège po l’ mons,
Zelle deux allit st’à Chivrimont.
Y fit-i baicôp des prïire ?
Çoula ji n’ sâreu vis el dire.
L’ principâ c’est qu’is sporminet.
A l’nute is rintret, is s’couquet.
 
C’ess t’è lé qu’on reie, qu’on badenne…
Qu’on… chut ! leyans rtoumer l’ gordenne,
Is sont là qu’on les laisse doirmi ;
C’est l’ mèïeu, n’ direz-ve nin comme mi ?
. . . . . . . . . . . . . .
Ast’heure qui vola l’ nute passaie
Et qu’is ont fait n’ bonne longue poisaie,
R’sèchans l’ rideau : Mareie doime co,
Mathias el louque sins dire on mot ;
Ess t-elle adawiante ! c’ess t’apreumme
Lu qui pout l’ dire, n’ess t-elle nin s’ feumme !
Ossu glette-ti tot l’ rilouquant…
Volà qu’elle si dispiète portant.
V’ pinsez bin qu’i l’ bâhe à picette
Et qu’ leie li rind bâhe et rawette.
— Mareie, diss-ti, qui n’ pout-i s’ fer
Qu’ freut nute et qu’on âreut sopé…!