Page:Léon Bernus - Les faufes dè J. Lafontaine in patoès d’Chaleroèt, 1872.djvu/92

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


86

LES FAUFES DÈ J. LAFONTAINE.




Niaurét pont d'prope à rin, pont d'paufe pou tinde ess’ moin,
Moins d'prigeons, d'hôpitâle, où s’qué l’chinaye s'intasse !
Comme dain l’pu haut impoé, on s'mousse fin dain s'mestî,
Ostant qu'in directeûre, respectét in ouvri,
D'abaure qui fai s'dévoère, eiét qui rimpli s'posse;
L’sin qui n'vout pu d'ouvris, ni pont d'moèses, a minti,
L'plasse est là pou t'tertous! gangnelle pa vô cahosse :
L'aprinti d’vint bin moèse, l’moèse pou r’chaire aprinti.




L'PIA D'L'OURSE.


L'Ours et les deux compagnons.


Deux gros paoüres, qu’avint dangi d'mannoye,

Pou dé cachi estint évoye.

N’saqui leù conte : qu'in Ourse viquét dain l’bot d'Cheslét,
Dé n’pia comme in fouan, et cra comme toés baudéts!
L’pu franc avét s’fusique, s’font dain l'tiesse dé l'desquinte !
D'l’escorchi, d’prinle ess’pia, dé l'tânné et dé l'vinte.

I vont trouvé l'pétit Flamin,
L’marchand d’pia d’lifes ét d’pia d’lapins !

Dain l’tuyau dé s’noraye, conte nu leû n’avisance !
Toppe nu l'mârchi, ét vinde nu l'pia d'avance :
Niaurét d'quoé s'fai n'casaque, plintiveuse à plaigi,

Ét n'casquette, si d'avét dangi.
I vont quai dés balles et dé l'pourre,

On prin l'fusique, on l’ketche, eiét on l'bourre !

Et lés zé v'la parti dain l’bot.

L'Ourse arrife in groulant! i strin à leû barette!
Iun plâne su in charnia, s’racrapotte à l'coupette,

Ét l'aute ess’tappe à terre su s’dos!