Page:Léon Bernus - Les faufes dè J. Lafontaine in patoès d’Chaleroèt, 1872.djvu/33

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
This page has not been proofread.


LIVRE I.
27

In vrai gant d’Anséreuse ! enne tiesse comme in vi g’noux!

« Asset, disti, et joquè vous,
« J'nai pu pont dé ch’fia, mai j'm'in fout,
« Jévoye ell’màrriache au cint diale !

« Vo mauri aringi ch'qeune eune à vo fasson,

« Vo m’perdét més soyes pou l'lesson,

« Mai d’fai l'amour, qui n’duche pu iun qui m'pâle.

MORALE.


C’est co augile dé iesse marriét,
Mai avêt qui, s'est s’tenne saquoè!
C'n'est qu'in d'mi mau quand l' feume est bonne,

Mai si l'toûne dé iesse moèche, c'est s'tin diale dain l'mogeonne!

I vaut ostant d'meuré tout seû !
D'vint d'choési nia d’quoè avoé peû!

Enne bonne, c'est l’paradis, eiét n’moèche, c'est l'infierre,
Q nô féyons bin assèt su terre.






L'COQ EIÉT L'PELLE.



(Le Coq la Perle.)

In coq in r’tournant l'feûmi
Voèt n'pelle! et dain du papi,
Court rade pou l’vinde à l'orféve,
— « J'coès qu'elle vaut dés liards, disti,
« Mai j aim'rais miœu, sain minti,
« In poés dan m'géve, ou bin n'féve.



In boyard dain sés papis,
Troufe in live quèstét bin scri,

Categoreye:Walon